vendredi 7 décembre 2018

IL Y A UN MOIS DE CELA LES INDEPENDANTISTES FËTAIENT LA « DEFAITE GLORIEUSE , LES 43 % POUR LE OUI A L INDEPENDANCE !!!!


43% pour le oui à l'indépendance , c'est le pourcentage de l'année , oui un taux inattendu . Il étonne, il oblige à réviser certaines analyses , mais en fait il n'est que l'expression d'une revendication trop longtemps restée sur la périphérie. Elle a été retraduite dans un langage juridique, pour être comprise par les normes institutionnelles, mais le peuple qui lui vit le quotidien va simplement confirmer son avis , et sa volonté de passer à autre chose.

Cette houle de fond qui a bougé brutalement les aiguilles déjà affichées sur les écrans de télévision le soir du 4 novembre  2018 , a fait tomber les masques , comme elle a vite rayé les disques de certains orateurs de la place.

Oui le peuple kanak a voté pour l'indépendance de son pays, sans pour autant nier le sens des décisions prises par les anciens telle la reconnaissance des victimes de l'histoire.  Par contre ceux qui ont parié sur le bien être matériel  pour basculer le taux sur un non massif à l'indépendance se sont « littéralement plantés » pour reprendre les termes d'un observateur bien connu de la politique calédonienne.

Mais comme la nature fait bien les choses , 43 et 57%  c'est peu d'écart , et cela permet à tous de se contenter du taux obtenu sauf que ceux qui ont toujours juré que par la majorité, ont bien du mal à trouver de quoi reformuler leur vision de l'avenir du pays quand la balance des résultats ne veut pas trop pencher d'un seul côté .

Sans bavure, certains vont simplement exprimer leur vœux de revenir sur certains dispositifs gravés dans l'accord de Nouméa ( signé par tous il y a de cela 20 ans) arguant justement que le référendum marquait la fin de  la  durée  de l'ADN. – On entendra justement parler du dégel du corps électoral, avec même une association crée pour porter la revendication : 'un cœur , une voix » avec le slogan : « jamais sans ma voix ».  Les voix de la droite locale semblent converger vers le souhait de faire différer les deux prochains référendums , en insistant sur le fait que le droit à l'auto détermination  ne sera pas pour autant rangé . Au-delà d'une logique purement verbale, peut être voir qu'il y a une réalité objective celle du processus de décolonisation engagé par l'ADN . Le danger des logiques définies ou initiées dans les « bulles » , occultant toute la réalité et ses « vibrations » comme diraient les jeunes.

Alors qu'il y a de l'agitation du côté de ceux qui ont oublié qu'ici il y a un peuple  , le mouvement indépendantiste kanak fait le bilan de sa mobilisation et définit les contours de son plan d'action pour la prochaine campagne des provinciales , sachant qu'à l'unanimité , les indépendantistes entendent bien utiliser ces rendez vous électoraux comme des tremplins pour affiner stratégie de communication,  forme de mobilisation, et contenu du discours pour continuer à convaincre sur le bien fondé du projet indépendantiste  , ce dans l'optique de gagner le référendum de 2020.

Alors qu'ici les non indépendantistes continuent à crier la Calédonie dans la France, tous les médias nationaux diffusent des scènes qui ressemblent aux évènements de mai 68 à Paris . Le mécontentement populaire ne peut plus se contenir dans les seules contraintes des leviers classiques du contre pouvoir tels les syndicats ou partis d'opposition. Le peuple est dans la rue pour dire non à la vie chère, alors qu'à 16000 km de là , avec les transferts publics de la France , certaines catégories sociales sont chèrement payées. Avec juste un peu de bon sens , on va comprendre qu'il serait temps que la Calédonie se prenne en charge elle-même et arrêter tout simplement de dépendre des impôts des ouvriers français.  Une honte quand on connaît par ailleurs, qu'ici les calédoniens sont taxés  à peine à 30 % alors qu'en France le taux d'imposition est plutôt de l'ordre de 45%.. Des réalités qui invitent à de véritables réflexions. Loin de s'apitoyer sur le sort du peuple français qui est digne chez lui, mais simplement  faire preuve  de bon sens ,   et d'un peu de dignité . A moins que ces valeurs ne, demeurent que de vains mots pour certains.

A peine un mois passé depuis le 4 novembre 2018, que les médias restituent déjà les résultats de certaines simulations faites sur les données démographiques pour prédire en quelque sorte les tendances pour le  prochain référendum.  Effectivement , les 43% du 4 novembre font dire à certains qu'il s'agit d'un vote ethnique  - peut être mais comment expliquer le vote des non kanaks pour le oui à l'indépendance ?  Evoquer ce vote des non kanaks  , c'est apporter du crédit au projet indépendantiste, du simple fait que ce vote qu'être motivé  par la pertinence du projet porté par les nationalistes kanaks.

Plus on y va plus on perçoit au grand jour la limite des raisonnements de ceux qui ne voient l'avenir de ce pays que par le niveau de leur portefeuille, bien sur en usant bien de la démagogie pour amadouer leur électorat ( très classique en politique politicienne). Ce qui est dommage car la logique de l'ADN ( signé par tous) invite tout le monde à aller vers le haut. Bien évidemment que tout le monde se précipite pour presque reprocher aux kanaks de voter massivement pour le oui, mais enfin , les premières revendications pour la pleine souveraineté du pays ou son indépendance étaient à l'initiative des mouvements kanaks. Et le projet de société porté par les indépendantistes est loin d'être un projet exclusivement réservé aux kanaks, loin de là . Dans ses grandes lignes le projet de société des indépendantistes proposent des perspectives pour aller vers une transformation progressive de l'existant encore trop imprégné par la dominance  financière et institutionnelle française à un tel point que beaucoup de monde impliqué dans l'économie du pays, dénonce l'aberration de certains textes règlementaires qui n'ont rien à voir avec les réalités du pays.

La roue de l'histoire continue à tourner , seuls  ceux qui sauront saisir les opportunités pour toujours réajuster leur vision du monde, auront   le privilège de participer réellement à l'évolution  des choses et d'en apprécier objectivement les bienfaits.

En fait la conclusion de notre propos consiste à dire , que la paix dans ce pays ne va dépendre que de la capacité de chacun  de savoir comment se débarrasser d'un peu de passé pour continuer à écrire ensemble l'avenir . Mais quand on voit un haut fonctionnaire intitulé ainsi son ouvrage  : « De la nouvelle Calédonie  à  Kanaky nous sommes au cœur d'une décolonisation inachevée » cela veut tout dire de la manière de gérer les affaires publiques du pays.
Donc nous avons encore du chemin à faire pour réaliser certains propos  que nous tenons facilement sur les ondes.  Tout le monde parle de dialogue , d'ailleurs il doit être difficile à le réaliser . Son omniprésence dans les discours peut signifier que ceux qui le disent , ont besoin d'abord de se convaincre qu'il faut dialoguer . Simplement , et ce sera notre conclusion , se rappeler que pour qu'il y ait dialogue il faut que l'on soit au même niveau de lecture de la réalité dans laquelle nous évoluons. Et pour ce faire, il y a encore beaucoup de choses à faire en amont !!! A bon entendeur ….

Publication du 7 décembre 2018.

article

--
V.

vendredi 2 novembre 2018

KANAKY : LES DERNIERS MOMENTS DE LA CAMPAGNE POUR LE OUI


meeting final du flanks : Kowe kara  oct 2018 ( cp /NP)

Alors que les sondages donnent la victoire au NON  à l'indépendance , les indépendantistes continuent eux à battre la campagne de proximité , renforcée par les  spot médiatiques autorisés par la campagne officielle.  Le pays a été sillonné par les représentants et leaders des principaux mouvements nationalistes , avec le dernier né de la mouvance : la DUS ( Dynamique unitaire Sud).  De l'explication du projet de société, des enjeux du référendum , de l'histoire de la lutte avec le chemin parcouru , les leaders indépendantistes kanak ont été soutenus dans leurs tournées de ces dernières semaines par des représentants Corses, Catalan et basques ainsi que le Tavini Huiratira du Fenua  représenté par Oscar TEMARU et aussi les représentants du GFLM ( Groupe Fer de lance  Mélanésien).


 A côté de  ces sondages , il y a la réalité de la campagne. Les indépendantistes continuent à exposer leur projet , alors qu'en face c'est  une campagne basée uniquement sur du sentiment en l'occurrence celui de la peur de l'inconnu pour certains, et  pour d'autre  sans aucun scrupule c'est carrément une campagne de dénigrement du projet d'indépendance , en l'assimilant à un risque imminent de l'avènement d'un pays pauvre, accompagné d'une montée de la violence.

Le camp indépendantiste garde une posture digne avec une campagne qui explique les raisons et le contenu du changement , et surtout que l'accession du pays à l'indépendance est la seule garantie pour une stabilité politique et une paix sociale dans le pays.  Les leaders indépendantistes ont pris le soin  de poser la question à la droite locale sur les raisons de la peur  de l'indépendance, ( dans le souci de consolider les bases du dialogue ) mais en réponse  cette même droite locale continue à faire de la peur leur seul argument pour convaincre la population du bien fondé de la présence française dans le pays.  
meeting final du flanks : Kowe kara  oct 2018 ( cp /NP)

Juste pour une appréciation  : l'ADN invite à la hauteur de vue, mais en final on constate plutôt des postures frôlant encore l'esprit conservateur avec carrément des positions qui prônent la dénonciation de certaines mesures qui ont fait toute la valeur ajoutée au niveau social de ces 30 dernières années "de paix". Espérant que cela relève uniquement de la petite réalité électorale du pré référendum !!!!

Les indépendantistes continuent à occuper l'espace en continuant d'ailleurs l'action : Affichons les couleurs, avec le drapeau kanak brandi depuis les voitures, faisant le tout des rues de la la capitale, ou encore les réunions de proximité  qui continuent dans les quartiers et squats de Nouméa et de sa proche banlieue.

La presse locale , elle va jouer la petite démagogie très subtile d'ailleurs, en n'hésitant pas à falsifier l'information  ou affichant sans aucune bavure l'orientation politique qu'elle entend se faire le relais. La télévision d'Etat , comme dans  les quotidiens et hebdomadaires, le discours côntre l'indépendance sera toujours traité avec une certaine faveur allant de la formulation des titres , à la falsification des photos de reportage sur les meetings , mais espérons que le peuple calédonien n'est pas dupe qu'il n'écoutera que ce que lui dira la petite voix intérieure, par rapport à l'enjeu de ce rendez vous historique du 4 Novembre , et surtout ce que l'histoire de ce pays, lui a enseigné depuis ces dernières années. 

meeting final du flanks : Kowe kara  oct 2018 ( cp /NP)

Si les couleurs du drapeau kanak , fleurissent partout , c'est bien parce que ce rendez vous est un aboutissement du processus  de décolonisation ,  inscrit dans  l'ADN,  cet accord politique signé  en 1998 avec l'Etat français et la droite locale.  L'ADN  prévoit 3 référendum comme pour laisser le temps à ceux qui veulent aller contre le processus, de constater que le cadre réglementaire de cet accord politique pose l'accès du pays à sa pleine souveraineté. 


Mais comme toute chose, les dispositifs qui organisent un changement qualitatif , ne sont jamais acceptés au premier chef, un temps d'adaptation sera nécessaire pour reposer les nouvelles bases de la société , et les indépendantistes ont bien intégré ce temps nécessaire , et parlent d'ailleurs de période de transition dans leur projet de société.  

Alors entre un discours qui reste ancré au statut quo , d'ailleurs condamné à évoluer, et le discours dynamique des indépendantistes projetant le pays dans un nouvel ère , qui est celui du changement ,
Naku press terminera cette publication , en disant simplement que la roue de l'histoire continue à tourner , les détours sur le chemin ne sont que des temps d'ajustement. 
meeting final du flanks : Kowe kara  oct 2018 ( cp /NP)



Répondre par un oui pour le changement c'est s'inscrire tout simplement dans l'évolution de l'histoire politique de ce pays, appelée à effacer définitivement les reliques d'un passé colonial pour redéfinir les relations que l'on peut garder avec la France ( l'ancienne puissance de tutelle, ou encore l'Etat colonial). Reconnaitre la dignité d'un peuple chez lui c'est une garantie pour la paix et la stabilité politique dans le pays.


Publication du 2 Novembre 2018





jeudi 25 octobre 2018

POURQUOI L INDEPENDANCE DE LA Nouvelle Calédonie FERAIT PERDRE TRES GROS A LA FRANCE ?



Extrait d’un article de la revue « Le CAPITAL »

Pour contribuer aux informations à mettre dans les discussions autour des atouts du Pays, Naku press vous propose à lecture, cet article du « Capital » que nous avons reproduit. Il s’agit d’un relevé de conclusions de l’expert Georges Nurdin.  Bonne lecture.

Les 7 raisons pour lesquelles un oui au référendum serait désastreux pour l’Hexagone.
.
Dans le giron de la France depuis 1853, la Nouvelle Calédonie va-t-elle bientôt en sortir ? Le 4 Novembre prochain, un peu moins de 175 000 électeurs seront appelés à répondre à la question : « Voulez-vous que la Nouvelle Calédonie accède à la pleine souveraineté et devienne indépendante ? ». Si les derniers sondages donnent le  « non » vainqueur à 2 contre 1, les surprises électorales n’ont pas manqué ces dernières années, entre l’issue du vote sur le Brexit et celui de l’élection présidentielle américaine…. Or, une accession de la Nouvelle Calédonie à l’indépendance constituerait une grosse perte pour l’économie française.

UN PRODUCTEUR MAJEUR DE NICKEL

Si la Nouvelle Calédonie devait accéder à l’indépendance, la France perdrait son rang parmi les principaux producteurs de nickel. Il faut dire que le Caillou ( surnom de l’île) figure au top 4 mondial , avec une production de 210 000 tonnes par an, soit 9% de la production planétaire et un chiffre d’affaires associé de 4 à 8 milliards  d’euros, selon le niveau des cours. Surtout, la Nouvelle Calédonie point eu deuxième rang pour les réserves de nickel, avec 25% du total mondial » rapporte  le consultant Georges Nurdin, senior Fellow à l’ESCP Europe et écrivain(les multinationales émergentes, Wanamatcha ! …) . Or, « loin d’être une ressource archaique, comme le charbon, le nickel s’intègre parfaitement dans la transition énergétique, puisque c’est un composant des batteries des voitures électriques » souligne l’expert.

UN IMPORTANT RESERVOIR DE TERRES RARES

Si, par sa superficie terrestre, la France reste de taille modeste, comparée à des géants comme la Russi ou le Canada, elle peut se vanter de détenir la deuxième zone économique exclusive ( ZEE , espace maritime où un Etat côtier exerce des droits d’exploitation sur les ressources) de la planète, au coude à coude avec les Etats-Unis. Or, « la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française représentent la moitié de cette ZEE » souligne Georges Nurdin. Et cette vaste étendue est stratégique, puisquelle regorge de « terres rares » (scandium, yttrium…) , au sein de nodules polymétalliques ( amalgames rocheux reposant  sur le lit océanique). Or , ces métaux sont vitaux pour de nombreux pans de l’industrie (iles entrent dans la fabrication de nos smatphones, des éoliennes, des voitures électriques, des équipements de défense, des satellites…). « Alors que la Chine concentre pour l’heure 98%  de la production mondiale de terres rares et que le Japon drague déjà les eaux internationales pour en trouver, la France n’a toujours pas commencé à exploiter cette réserve stratégique pour l’économie du futur. Or, il serait absurde d’y renoncer » , juge l’expert.

UN CHAMPION DE LA BIODIVERSITE

« La Nouvelle – Calédonie pointe au deuxième rang mondial de la biodiversité, après Madagascar et bien devant l’Amazonie », rapport Georges Nurdin. Or, le géant brésilien de la cosmétique naturelle Natura a bâti son succès en développant des cosmétiques à base d’ingrédients naturels provenant du poumon vert du Brésil. On pourrait tout à fait imaginer une success story tricolore sur le même modèle, avec des ingrédients naturels néo-calédoniens.

UN RESERVOIR D’HYDROCARBURES

« En France, on n’a pas de pétrole, mais on a des idées », selon une célèbre citation. En réalité, l’Hexagone bénéficie,  dans la zone économique exclusive de la Nouvelle-Calédonie, de gisements d’hydrocarbures (pétrole, gaz) » au Nord et au Sud de l’île. Des gisements qui n’ont pas encore été exploités », rapporte Georges Nurdin. Ils pourraient potentiellement réduire la dépendance du Caillou au Nickel… et étoffer quelque peu la (maigre) production d’or noir de l’Hexagone.

UN LAGON DISTINGUE PAR L’UNESCO
Véritable joyau, le lagon de  Nouvelle-Calédonie est inscrit depuis plus de dix ans sur l la liste du patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco. Grâce à cet atout de pointe, tout un éco-tourisme pourrait être développé, avec « au moins plusieurs centaines de millions d’euros à la clé » juge Georges Nurdin.

DES ACTIVITES DE PËCHE A FORT POTENTIEL

La pêche en Nouvelle Calédonie, y compris sa ZEE, est extrêmement réglementée ». Il y a un maquis d’une extrême complexité juridique pour déterminer ce qui appartient à l’Etat, aux trois provinces (Nord, Sud et Iles Loyautés)… Et le potentiel de cette activité est très certainement sous exploité », estime Georges Nurdin. «  Le tonnage pêché s’élevait à 4.800 tonnes- dont 2.840 tonnes de pêche palangrière ( thons, marlins, espadons…, NDLR- soit un chiffre d’affaires de 30 millions d’euros en 2015 ( derniers chiffres disponibles auprès de l’Insee local et des affaires maritimes calédoniennes, NDLR),  ce qui est objectivement peu au vu du potentiel de production de la ZEE », souligne l’expert.

UNE PLACE IMPORTANTE DANS L’ HISTOIRE DE LA FRANCE

Après la déroute française face à l’envahisseur allemand lors de la seconde guerre mondiale, la Nouvelle Calédonie s’est rapidement rebellée contre le régime de Vichy et a rallié la France libre dès 1940. Mieux, l’Île a joué un rôle capital dans la victoire américaine sur le Japon, allié de l’Allemagne nazie. « Après la destruction de Pearl Harbor par les forces nippones, Nouméa est devenu le second porte de l’armée américaine dans le Pacifique, après San Francisco », rapport Georges Nurdin. L’île, qui accueilli plus d’un million de soldats américains, faisait vraiment figure de porte-avions des Etats-Unis dans cette zone stratégique, base idéale pour barrer la route de la Nouvelle-Zélande et de l’Est australien aux Japonais.  « C’est véritablement à partir de la Nouvelle-Calédonie que s’est déployée la contre- attaque face au Japon », souligne l’expert. Décidément, il serait dommage pour la France que l’archipel accède à l’indépendance.

Sources : Revue le CAPITAL ( edition Octobre 2018)
Publication du 25 octobre 2018



mercredi 24 octobre 2018

Pour assurer son avenir, la Nouvelle-Calédonie doit réformer son économie



Par les temps qui courent , Naku press vous propose à la lecture cet article paru dans  la revue "Les échos" dans son édition de mars 2017. Par moment il est toujours bon de revenir sur ce qui s'est dit dans un passé récent pour constater que les choses n'avancent pas vite dans ce pays, et que la plupart des dossiers est avant l'enjeu des rapports de force politiques présents dans le pays.  Cet article re confirme les orientations dites à plusieurs reprises par les indépendantistes : la diversification de l'économie, la réforme fiscale etc.... Bonne lecture.

Dans une note, le Conseil d'analyse économique fait plusieurs propositions pour sortir l'île de l'ornière.
La Nouvelle-Calédonie est confrontée à une double incertitude : celle de son avenir institutionnel à l'approche du référendum d'autodétermination de 2018 et celle de son économie contrainte de se diversifier pour éviter que les cours du nickel ne l'entraînent dans leur chute. Dans une note que se sont procurée « Les Echos » et publiée ce jeudi, le Conseil d'analyse économique (CAE) suggère notamment la création d'un fonds souverain destiné aux générations futures, la mise en place rapide d'une Haute Autorité de la concurrence et le lancement d'une réforme fiscale ambitieuse. Toutes ces mesures sont en discussion depuis de nombreuses années, mais n'aboutissent pas pour des raisons politiques.

Hausse des inégalités
Véritable serpent de mer, le fonds souverain a été proposé dès 2003 par Anne Duthilleul, chargée de mission de l'Etat pour les grands projets nickel, mais il a buté sur les réticences des industriels, qui refusaient tout nouveau prélèvement au nom du Pacte de stabilité fiscale. La Haute Autorité de la concurrence, à l'étude depuis 2012, a été officiellement créée en avril 2016, mais elle attend toujours la nomination de ses membres. La taxe générale pour la consommation (TGC), une sorte de TVA locale, a bien été décidée en 2015 pour mettre fin au millefeuille de taxes empilées au fil des temps, mais son vote au Congrès a été retardé et elle est désormais prévue pour juillet 2018.
« Depuis 1991, le niveau de vie moyen s'est beaucoup accru, mais le taux de pauvreté n'a pas reculé, tandis que les inégalités ont augmenté ", constate le CAE, qui préconise une plus grande solidarité, via une réforme de la fiscalité, actuellement jugée « très peu redistributive ». Là encore les résistances sont fortes.
Heureusement, la Nouvelle-Calédonie peut compter sur les transferts de l'Etat, beaucoup plus stables que les revenus du nickel liés aux caprices du London Metal Exchange (LME). « A environ 13 % du PIB calédonien, ils représentent quasiment le double de la part du nickel dans l'économie en 2011 », note le CAE. Le rôle d'amortisseur de l'Etat a récemment été confirmé par l'Institut de la statistique et des études économiques de la Nouvelle-Calédonie (ISEE-NC) : tandis que le nombre de salariés a reculé de 1,2 % au quatrième trimestre 2016 dans le secteur privé, il a progressé de 1,8 % dans le secteur public. « Les renforts annoncés par l'Etat ces derniers mois, via ses ministères de la Défense, de la Justice et de l'Intérieur, expliquent en partie ces progressions d'effectifs ", explique l'ISEE-NC.

Correspondante à Nouméa Anne Pitoiset
Mars 2017
 Publication du 25 octobre 2018
 

vendredi 19 octobre 2018

Fleurs de bois noir

CP :NP le 20 octobre 2018
 Juste pour un temps de pause , sachant apprécier les beautés de la nature venant à nos portes. 

Publication du 20 octobre 2018

mercredi 3 octobre 2018

KANAKY : PLUS QUE 4 SEMAINES ET ON Y EST AU 4 NOVEMBRE !!!!

Le 4 octobre 2018  , c'est  maintenant désormais une question de semaines avant la date fatidique. Dans le pays les réunions se multiplient, de chacun des deux camps : les partisans du oui à l'indépendance et les partisans du Non . Toutes les opportunités sont exploitées à des fins de propagande. Les petites réunions de proximité se multiplient également , soit dans les quartiers de la capitale  Nouméa et de sa proche Banlieue . 

une mobilisation sur la place Mwa ka le 24 septembre 2018 ( cp NP)
Le discours alternatif  des indépendantistes finit par rythmer la communication d'en face. Ces derniers jours le camp indépendantiste a monté d'un cran à la fois le contenu de sa communication , mais aussi ses formes de mobilisation : conférence ,concert pour l'indépendance , rencontre avec les autres communautés vivant dans le pays. 


A côté de cette campagne de communication , le travail sur la liste référendaire se poursuit , sans relâche . Et du coup sur ce chapitre , les dernières cacophonies sur les chiffres démontrent au grand jour les insuffisances administratives du système en place.  Des bases de données non dépoussiérées depuis de nombreuses générations , les services de l'Etat chargés de tenir ces bases de données , viennent à pointer des directions montées récemment avec la signature des derniers accords politiques . Eh oui à croire que le 4 novembre invite  véritablement le pays à faire le choix d'un saut qualitatif nécessaire  à tous les points de vue . Le temps de la colonie, cet endroit,  où l'on vient juste pour se servir , sans aucune attention particulière sur la gestion de son fonctionnement administratif entre autre .....arrive à son terme. Les anomalies sont affichées au grand jour, le travail sur les listes électorales qui touche un mot sur les difficultés de recensement des populations kanak, les récents travaux de recherche lancés dans le cadre de la propective pour définir au mieux les perspectives en matière de gestion des politiques publiques, ont également  touché un mot sur le manque de données statistiques formatées pour aider à la décision . Bref....  On va retenir que les choses avancent puisque de ces constats négatifs, on va pouvoir travailler pour l'amélioration des choses.... 

Les réseaux sociaux sont bien évidemment mis à profit , avec les risques que cela encourt : les informations non vérifiées, les messages non structurés , les fake news , mais le seul message qui reste authentique c'est celui du drapeau. D'ailleurs depuis ces dernières semaines , on le verra afficher  partout dans le monde , ce sont ses couleurs qui parlent , et il n'y a rien de plus authentique . La seule radio indépendantiste de la place , fait tourner en boucle des chansons composées par les artistes kanaks sur le drapeau , valorisant ses couleurs. C'est le drapeau de la liberté parce qu'il n'est plus bleu blanc rouge !!!

La radio indépendantiste en débat au centre culturel JMT ( cp NP)
De la communication de ces derniers jours , les indépendantistes ont affiché la faisabilité économique et financière du projet d'indépendance , des thèses qui sont soutenus aussi par les conclusions des recherches récentes sur la soutenabilité de l'économie calédonienne. En effet c'est fini le temps de la seule grande messe autour de la seule ressource du nickel, on nous avait toujours caché , ou tout simplement délaissé , la pertinence ou l'impact possible dans l'économie du pays  des autres activités telles : la production locale, l'économie verte, l'économie bleue , la recherche avec le taux d'endémicité de notre faune et de la flore. 
Mais comme dirait l'autre , la mono production emporte avec elle ses limites et inconvénients, en particulier celui d'un secteur non seulement cyclique mais dépendant de variantes extérieures.  ( le nickel)

Dans le pays , on fait remonter des dossiers tels les problèmes de la protection sociale , un problème qui avec du recul, pouvait couler de sources quand on voit que l'on mène en parallèle des campagnes de prévention et en même temps des grosses publicités sur les boissons sucrées, et tout ce qui est bouffe industriel .... C'est très récent de parler de la bonne alimentation  , c'est avec l'arrivée d'une ministre indépendantiste sur le dossier de la santé , que toutes les actions basiques pour poser des solutions pérennes , sont promues et structurées dans un cadre global pour parler du Plan Do kamo.  Bien évidemment que certains adeptes de la démocratie à tout va , vont brandir la question de la responsabilité individuelle , mais parfois les conditions nous acculent à autre chose et notamment d'y recourir à cette grosse machine de consommation .  Parlons de finances, on va se focaliser sur le déficit du RUAMM , alors que l'on sait que dans les autres caisses gérées par la CAFAT il y a  de la trésorerie disponible mais apparemment l'optimisation d'une gestion de trésorerie ne fait pas partie des solutions possibles,  mais que fait on des moyens modernes de traitement de données  ????

Meeting organisé par le CNC Mont Dore  ( cp NP)
En ce moment le monde économique vit une période d'épreuves , avec la mise en place de cette taxe qui était en gestation depuis plus de deux ans maintenant : la fameuse TGC, comme par hasard on sonne les premières heures de cette taxe à quelques semaines du référendum.... Bof , après tout c'est la classe politique aux commandes qui se fait une mauvaise publicité , mais avec l'espoir que passer le cap de la période de transition, cette même classe politique va pouvoir compter les points dès les premiers impacts réels de cette taxe sur certains produits de consommation . Mais voilà , c'est comme si il y a une volonté de créer un climat de morosité dans le pays ..... On va mettre cela sur le compte d'incident de calendrier .

Mais Kanaky dans le silence ,  est en train de trier les paroles qui sont dites sur son avenir , c'est elle avec son peuple qui tranchera le 4 novembre 2018 si elle doit passer la barrière de corail , ou rester dans le lagon !!!

Naku press souhaite fortement qu'elle passe la barrière de corail , et dire au monde entier qu'elle existe avec toutes ses richesses , son peuple , et qu'elle portera fièrement ses drapeaux sur les mâts devant les instances internationales. !!!

Le petit billet de Naku press à 1 mois du référendum ....
Publication du 04 octobre 2018

jeudi 13 septembre 2018

KANAKY A QUELQUES SEMAINES DU REFERNDUM D AUTO DETERMINATION !!!!


 Le jour « J » se rapproche à grands pas. Dans le pays, tout le monde s’active à dire les choses , à faire comprendre au peuple qu’il faut voter pour le changement, et pour d’autre la Calédonie doit rester dans la France.
                                                                                          
 (Meeting campagne pour le OUI  4 sept 2018  )  Cp  : Naku press
Ces deux positions pour ou contre l’indépendance ont toujours animé le débat politique dans le pays, mais la raison a à chaque fois pris le dessus pour trouver ensemble une phrase , un mot pour justifier que l’on peut faire chemin ensemble dans le pays sans que l’on ne touche fondamentalement à sa relation avec la France.

Statut après statut , le changement tardait à se faire entendre d’une manière claire dans la vie au quotidien , comme aussi dans les instances de décision. Les kanaks indépendantistes seront toujours minoritaires, ainsi leur point de vue ne sera jamais pris en compte sans qu’il ait subi une grande reformulation ( pour ne pas dire changement ).  Mais une dynamique qui a fait du chemin dans la vie politique du pays, ne peut s’éteindre , d’autant plus qu’elle porte la voix du peuple premier qui aspire à son indépendance.

Ainsi la roue de l’histoire continuera à tourner dans ce petit bout de caillou perdu dans le  pacifique sud, des statuts nous passerons aux accords politiques, comme pour dire que désormais nous voulons aller plus loin.  Le dernier accord politique , l’Accord de Nouméa va  parler de retour de souveraineté  pour dire que Kanaky devra désormais commencer à apprendre à gérer ses propres affaires.  Il ne nous reste plus que les compétences de souveraineté à faire transférer .  Et dans quelques semaines maintenant le référendum d’autodétermination va confirmer la direction du vent qui va soit guider la pirogue  de Kanaky au-delà de la barrière de corail ou plutôt continuer à le faire voguer   dans le lagon, sous l’œil de la France .

L’histoire dite en quelques mots, simplement pour mesurer la pertinence et la force d’une minorité , d’un peuple rendu minoritaire chez lui . Pour ce référendum , il n’a jamais failli à l’engagement  nécessaire  pour que tous ses ressortissants soient bien inscrits et puissent tous se rendre aux urnes le jour du rendez vous avec l’histoire.  Du détournement de l’interprétation des textes , ou encore tout simplement de la fraude, ceux qui n’ont jamais voulu admettre la vérité de l’histoire de ce pays, continueront sans aucun scrupules à ajouter des virgules ou mettre des points , pour essayer de refouler le maximum d’électeurs potentiels pour le camp indépendantiste.

A ceux qui croient à la force de l’appareillage juridique pour ignorer ou occulter un droit inné à l’auto détermination d’un peuple dominé, comment peuvent ils comprendre qu’un drapeau qualifié par certain de chiffon en tâché de sang , flotte désormais aux côtés du drapeau de cette France lointaine qui est venue s’installer dans cette région bien étrangère , « de la zone occidentale ».   

C’était le petit billet de Naku press pour commencer le compte à rebours à J-51  du 4 Novembre !!!!

Publication du 13 septembre 2018