dimanche 3 juin 2018

"Taku Tama " VANIA OFFICIAL MUSIC CLIP

Le prochain festival des arts de la Mélanésie se tiendra prochainement à Honiara ( Salomons) , en pré écho , ces quelques notes de musique ....

u

samedi 19 mai 2018

La stratégie de la Chine dans la région Indo Pacifique jugée déstabilisante et non productive par les représentants de l’Administration TRUMP ( Pacnews : édition du 16 mai 2018)


Naku press vous propose quelques commentaires sur une publication de Pacnews sur cette appréciation  des Etats Unis sur la stratégie de la Chine dans la région Indo Pacifique. 

En lisant cette publication, on a juste l’impression que la déclaration du président français en déplacement dans la région récemment, fait écho et semble influencer des préoccupations de politique étrangère des Etats Unis. Les propos qui sont repris dans cette publication, affichent bien l’intention des Etats Unis de ne pas laisser faire la  Chine , mettant en avant le nécessaire respect de la souveraineté des états de la région …. !!! Juste un clin d’œil sur ce qui vient de se passer en Palestine, on peut se poser la question de la sincérité de ces intentions bien formulées.  Mais ainsi vont les premières "vagues et houles" dans cette région du monde, qui par des propos de différents experts internationaux, avaient bien confirmé, qu’elle deviendrait le centre des intérêts mondiaux dans les prochaines décennies.

( Traduction de la publication de Pacnews)

L’administration Trump a déclaré que les intentions stratégiques et la politique de la Chine dans l’axe Indo-Pacifique sont déstabilisantes et contre-productives, réitérant son engagement à maintenir la région libre et ouverte.

Randall Schriver, secrétaire adjoint à la Défense, Asie et Pacifique, lors d'une audience du Congrès, a déclaré aux législateurs que les Etats-Unis continueraient à entretenir des relations constructives avec la Chine, mais n'accepteraient aucune politique ou action menaçant  les règles et l’ordre international. « Notre relation avec la "La Chine devrait et doit avoir une voix dans la formation du système international, comme tous les pays.

Cependant, au cours des dernières années, nous avons été préoccupés par les intentions stratégiques et la trajectoire de la Chine, y compris certaines activités dans la région que nous considérons comme déstabilisantes et contreproductives dans le Sud.Mer de Chine, par exemple ", a-t-il dit. "Nous allons défendre et défendre cet ordre, et nous encouragerons les autres à faire de même; et bien que nous soyons déterminés à coopérer avec la Chine là où nos intérêts convergent , nous allons rivaliser, vigoureusement, là où nos intérêts divergent », a-t-il déclaré.

Schriver a déclaré que la vision de l'Amérique pour la région indo-pacifique n'en exclut personne, car elle cherche à s'associer avec toutes les nations qui respectent la souveraineté nationale, le commerce équitable et réciproque et le respect du droit.

"Bien que nous acceptions que les États prennent des décisions qui ne sont pas dans notre intérêt, nous reconnaissons que pour que la région indo-pacifique prospère, chaque nation de la région doit être libre de choisir sa propre voie dans un système de valeurs pour que même les plus petits pays prospèrent, libérés des diktats des puissants », a-t-il déclaré. "Notre objectif est que toutes les nations vivent dans la prospérité, la sécurité et la liberté, libres de toute influence et capables de choisir leur propre voie", a déclaré le haut responsable du Pentagone.

Témoignant devant le même sous-comité, Alex Wong, sous-secrétaire d'Etat adjoint aux Affaires d'Asie de l'Est et du Pacifique, a déclaré que les termes «libre» et «ouvert» utilisés pour décrire la région Indio-Pacifique étaient pertinentes .

Le terme "libre" signifie d'abord, sur le plan international, que les pays de l'Indo-Pacifique devaient être libres de la coercition des puissances extérieures. Les nations devraient être capables de poursuivre leur propre voie de manière souveraine, sans le poids des sphères d'influence, a-t-il ajouté. "Des moyens gratuits, au niveau national, nous voulons que les sociétés des nations indo-pacifiques deviennent progressivement plus libres en termes de bonne gouvernance, en termes de libertés fondamentales, et en termes de transparence et de lutte contre la corruption", a déclaré Wong.

. "Ouvert" signifie avant tout des lignes de communication en haute mer et des voies aériennes ouvertes, a indiqué le responsable du Département d'Etat. Ces lignes de communication en haute mer, en particulier celles de la mer de Chine méridionale, sont l'élément vital de la région, a-t-il noté. «Deuxièmement, nous entendons une connectivité plus ouverte sous la forme d'une infrastructure de qualité, de meilleure valeur énergétique, de transport et numérique guidée par des investissements privés. Troisièmement, nous entendons des environnements d'investissement plus ouverts et des échanges libres, équitables et réciproques ", a déclaré M. Wong. "Un meilleur environnement d'investissement et un terrain de jeu égal et ouvert pour le commerce bénéficient aux entreprises et aux travailleurs américains. Mais cela devrait permettre aux innovateurs indigènes et aux entrepreneurs autochtones de participer un peu plus à  la croissance économique dans leurs pays d'origine », a-t-il ajouté.

La Chine revendique la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale, mais le Vietnam, les Philippines, la Malaisie, le Brunei et Taïwan ont des revendications contraires sur la voie navigable. Les États-Unis déploient périodiquement leurs navires de guerre et leurs avions de combat pour affirmer la liberté de navigation.

SOURCE: L'EXPRESS FINACIAL / PACNEWS
Publication du 20 mai 2018 ( Naku press)


vendredi 18 mai 2018

QUAND LES ETATS UNIS VIENNENT PIETINER LA TRES FRAGILE PROCESSUS DE PAIX ISRAELO PALESTINIEN

Ce lundi 15 mai encore une date dans l’histoire de la longue lutte du peuple palestinien pour sa dignité. Gaza ce 15 mai se souviendra de ces enfants et tous ceux qui font partie de ces palestiniens qui sont tombés sous les balles des soldats israéliens.  Oui face une manifestation populaire pacifique, on a répondu par la répression  militaire, une répression qui risque d’avoir du mal à se justifier aux yeux de la communauté internationale.La principale raison de ce carnage : le transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem, déclarée capitale d’Israel par Donald TRUMP, le 6 décembre 2017.  Une déclaration déjà condamnée par le peuple palestinien. Mais la voix du peuple Palestinien  ne compte pas à côté d’une préoccupation de politique intérieure des Etats Unis et plus particulièrement de Donald TRUMP.  Le président des Etats Unis qui avancent, entre autres raisons, une loi votée en 1995 : Jérusalem ambassady Act. Et d’ailleurs la classe politique américaine n’a pas dit mot sur ces évènements récents à Gaza. Ignorer les cris d’un peuple pour oser venir encore souffler sur les braises d’un feu qui ne s’est jamais éteint depuis plusieurs décennies. Cette décision taxée par certain de décision unilatérale, pour autant elle  n’aurait pas pu aller jusqu’au bout , si elle n’avait  pas bénéficié de soutien dans la région , connaissant aussi la menace iranienne qui conditionne de beaucoup le positionnement de la plupart des pays arabes.

Notons par ailleurs que ce transfert de l’ambassade américaine à Jérusalem, est considéré par certains analystes, comme un événement qui vient enterrer l’idée de deux états. Cette solution de deux Etats derrière laquelle un politicien français a repris en ces termes : la sécurité pour Israel et la souveraineté pour les palestiniens.  
La diplomatie américaine considère cette décision, comme un premier pas d’un nouvel accord de paix, basé sur des réalités et non des fantasmes. Comme en même temps on apprend que les Etats Unis viennent de sortir de l’accord Iranien avec déjà l’annonce de nouvelles sanctions contre le régime iranien.

Et au sein du mouvement palestinien, les contestations  populaires pacifiques avec leur impact au niveau médiatique, obligent les antagonistes à s’asseoir autour de la table pour des discussions, dont celles concernant l’idée de changer de mode d’action et de s’aligner sur les grandes luttes mondiales contre les colonisations et l’appartheid. En effet jusque là le FATAH était taxé de mollesse envers le pouvoir israélien alors que la politique du Hamas n’a amené que des guerres et la vie sur le terrain est encore plus terrible.

Pourquoi Gaza ?  Gaza est maintenue sous siège par Israel depuis 2007, elle est entourée par une barrière totalement hermétique. Plus le temps passe, les conditions de vie deviennent insupportables : un taux de chômage de 44%  et plus de 60% de la population vivent sous le seuil de pauvreté,  95% de l’eau à Gaza  n’est pas potable. En effet Gaza fait partie de ces bouts de terre , où on a « entassé » des palestiniens dont ceux contraint d’exilés en 1994 laissant leur terre, avec un aller sans retour.  Ils étaient 750 000 en 1994 et aujourd’hui ils sont au nombre avoisinant les 7,5 millions répartis entre la bande de Gaza, la Gisjordanie et Jérusalem est.  Le 14 mai 1948  c’était la date de création de l’Etat hébreux, comme par hasard. Un calendrier historique bien respectée au détriment des droits les plus fondamentaux : simplement la vie avant de parler de droit d’expression et de démocratie.

Naku press dédit cette publication , aux camarades connus dans les années 1982 à Grenoble lors des manifestations dénonçant le carnage de Sabra et Chatila.

Publication du 18 mai 2018









dimanche 6 mai 2018

POUR UN PEU D EVASION .....


Après tant de mots pour dire l'avenir du pays, ou encore des moments forts qui nous font revivre des instants, des discussions ou simplement des émotions , la nature nous rappelle parfois qu'il y a un temps pour s'arrêter mais que la vie continue !!!



Pour un temps de pause :  un petit détour pour admirer l'effet des premiers rayons du soleil ( il était 6h00) et pour accompagner la semaine , la beauté d'une fleur d'orchidée pour admirer les exploits de la nature .....laissons le soin au Daalawi ( la petite  brise du soir) de venir  bouger le carillon , pour briser le silence ..... 




C'était pour une seconde d'évasion .....

Ce discours qui a clôturé le séjour du président de la république française en Kanaky est déjà contesté par la droite française, l'accusant de venir vendre la neutralité de la France aux indépendantistes , alors qu'il doit défendre l'intérêt de la France .... C'est dire combien ce président a su bouger les lignes ...  Affaire à suivre !!!

Publication du 06 mai 2018

lundi 30 avril 2018

LES INDEPENDANTISTES AUX PAS POUR GAGNER LE REFERENDUM DU 04 NOVEMBRE 2018 !!!





Après s’être rendus à Paris pour le dernier comité des signataires  ( mars 2018), ils sont revenus avec la question formulée ainsi : « Voulez vous que la Nouvelle Calédonie accède à la pleine souveraineté , et devienne indépendante ». Arrivés dans le pays, les réunions politiques se multiplient entre les partis composantes du FLNKS et les autres partis indépendantistes , tous ayant comme préoccupation , comment communiquer , et sur quoi va-t-on communiquer pour avoir le maximum de monde à donner leur voix pour le Oui à l’accession à la pleine souveraineté de Kanaky .

Les indépendantistes sans distinction travaillent tous pour le  oui  à la pleine souveraineté , sauf que depuis peu une guerre de chapelle semble prendre le dessus dans les débats. Il ne faudrait pas que cette épingle, prenne trop de place dans les  échanges par médias interposés , entre les « FLNKS «  et ceux qui sont taxés récemment « d’organisations parallèles «  par le porte parole du Front ; aussi président de l’UC , le plus grand parti de la mouvance indépendantiste. 

Pour le moment cela transparaît comme des bagarres d’égo , puisque tout le monde parle du  « oui » chercher la différence , ce sont les hommes , du moins pour ce qui est lisible. Nous sommes en politique, et ce qui se passe en « off » ( pour utiliser une formule en vogue dans les couloirs quand on veut parler des discussions officieuses mais qui vont conditionner les futures décisions) peut aussi expliquer la teneur de certains propos.  Le grand public, lui  va devoir s’attarder sur ce qui transparaît dans les médias , un détail souvent oublié par les spécialistes de la politique spectacle. Mais faire de la politique c’est aussi savoir défendre son petit carré sur la scène devant le peuple… !!!

En tous les cas pour l’heure, il faut acter le fait que la question est formulée, avec des mots qui sonnent un pléonasme bien monté par les rédacteurs , et qui à bien des égards malgré tout , semblent poser quelques soucis à certaines composantes de la classe politique locale . Bref, les premiers échos de la campagne pour  le référendum sont partis : convention du FLNKS , conseil politique de Calédonie Ensemble , la grande marche organisée par un collectif orchestré par les Républicains calédoniens . Et de l’autre côté la France qui elle aussi rentre dans la danse avec cette idée « symbolique » diront certains , de restituer l’acte de prise de possession du pays par la France en 1853 avec en toile de fond une visite du président français Macron sur les tombes des 19 militants indépendantistes tués à Iaii lors de l’assaut de la Grotte de Gossanah.

Quid de ce geste symbolique de l’Etat français ? Ce n’est qu’un bout de papier qui sera restitué , mais quelle signification peut on donner à ce geste, ce sera un moment fort malgré tout , mais est ce que cela s’accompagnera d’une prise de position claire sur le référendum ou c’est juste une parade pour traduire cette volonté , tant affirmée de l’Etat français, d’accompagner le processus en cours ?

Dans le camp indépendantiste , on note malgré tout , des tournures de phrases ou des initiatives qui indiquent certaines réticences , à l’exemple de cet élan déployé par certains de vouloir se faire repréciser des notions comme la décolonisation. Le sénat coutumier a organisé le week-end dernier un colloque sur le colonialisme avec comme thématique : Les Accords de Nouméa sont ils des accords de décolonisation ? –Colonialisme , crime contre le peuple kanak dans la période de 1853 à 1925. Cela peut relever d’une stratégie de communication en prévision de la venue de Macron , un peu pour lui renvoyer les propos qu’il a tenu à Alger lors de sa campagne pour les présidentielles. C’est aussi  l’orientation du discours tenu par le RIN ( Rassemblement des Indépendantistes et Nationalistes)  pour motiver une mobilisation prévue pour l’arrivée de Macron.

Le monde indépendantiste est bien parti en campagne, la presse profitera de quelques maladresses de management de la communication au niveau de la mouvance pour faire mousser sur ce qui peut diviser… Mais la chanson on la connaît : diviser pour mieux régner , ou pour l’occurrence pour ne laisser entendre  que le message unitaire des pro français avec en toile de fond : gardons le statut quo pourquoi vouloir changer ?.  Mais une question se pose :  la restitution de cet acte de prise de possession , n’est –elle pas pour certains synonyme de largage ? – A chacun sa grille de lecture , et sa stratégie de communication pour gagner le référendum du 04/11/2018. 

Entre stratégie de communication et sincérité des discours, le symbolique vient brouiller le message , ainsi va l’art de la politique , en particulier dans les moments charnières de l’avenir de tout un pays.  A chacun de garder l’essentiel et ne pas sombrer dans la médiocrité du secondaire. 
(cp/NP :terrain pont des français)
Publication du 30 avril 2018 ( Naku press)











vendredi 20 avril 2018

KANAKY : commémoration des 30 ans des évènements d'Iaii..

Naku press vous propose à la lecture un article paru dans Tahiti Info , sur la commémoration des évènements d'Iaii. La presse locale fait écho régulièrement des préparatifs sur l'Ile pour cette grande commémoration , un moment intense pour le mouvement nationaliste kanak, mais qui fait couler beaucoup d'encre. L'annonce de la venue d'Emmanuel MACRON sur l'Ile fait débat entre les populations locales. A entendre les propos , outre cette accusation contre le gouvernement français, quelques phrases laissent comprendre que cette contestation vise aussi des leaders indépendantistes. Affaire à suivre ....

Pour l'instant , bonne lecture ....

https://www.tahiti-infos.com/Nelle-Caledonie-memoire-commune-et-animations-pour-les-30-ans-du-drame-d-Ouvea_a171002.html

Publication du 21 avril 2018

mardi 20 février 2018

KANAKY : COMMENT CONTRIBUER A ORGANISER LA DERNIERE LIGNE DROITE AVANT LE REFERENDUM ……


C’est le fil qui a conduit les réflexions de la DUS lors de sa première Coordination Générale de l’année 2018, réunie ce samedi 17 février au Sénat coutumier. Le bilan des actions unitaires menées sur le terrain dans le cadre du RIN (Rassemblement des Indépendantistes et nationalistes) , l’action unitaire au niveau institutionnel ( Congres , Province et Gouvernement) autant de niveau d’action où les militants continuent à porter le discours selon lequel : seule la démarche unitaire  permettra au mouvement nationaliste kanak d’arriver dans de bonnes conditions pour aborder le référendum et de recueillir un score honorable . Pendant que certains annoncent déjà la défaite du camp indépendantiste, la DUS reste convaincue, qu’une bonne communication sur les raisons et l’objectif d’un référendum, pourrait faire participer le maximum de kanaks, les premiers concernés par cette consultation. Parce que le référendum est d’abord la première étape du processus de décolonisation engagé par l’Accord de Nouméa.

Afin de bien définir les contours de sa participation aux différentes initiatives qui seront engagées sur le terrain, la DUS a consacré du temps à comprendre les positions avancées par les uns et les autres entre la pleine souveraineté avec partenariat, et l’organisation des bilatérales au lendemain du référendum quelque soit le résultat. D’une analyse critique du dispositif déployé par l’Etat pour accompagner le processus, la DUS retiendra toute l’ambiguité qui prédomine quant à la finalité de ces différentes espaces, comme  pour faire croire à une « sorte » de démocratie participative pour la recherche de la bonne solution, celle qui aura trouvé l’adhésion de tous.  Par ailleurs, la DUS bien impliquée dans le travail sur le suivi des listes électorales , est bien placée pour constater qu’à quelques mois du référendum , l’Etat comme  la droite coloniale, persistent dans  lecture de la seule légitimité électorale , occultant la dimension historique de ce rendez vous . Parfois même dans les commissions techniques on entend encore des propos  frôlant le racisme vis à vis des Kanaks, à la limite une communauté que l’on côtoie sans le connaître réellement.

A cette coordination générale, l’écho du terrain apporté par certains militants présents confirme encore des situations d’inégalités, c’est aussi l’écho d’une situation précaire, pour qui la solution c’est l’indépendance, pour un changement  réel du système en place. Notre ennemi n’est pas le FLNKS, ni le Palika, ni l’UC, l’urgence c’est de bien définir notre projet de société pour faire l’information auprès de nos populations. C’est 2018 qui est l’étape importante à préparer.

Des points de vigilance sont à noter afin de bien agencer la stratégie de communication : la réalité calédonienne est  celle d’un pays où  les politiques d’aides sociales sous prétexte de combattre la précarité, entretiennent  plutôt les populations dans une situation de dépendance, et c’est ainsi que certains mouvement politiques au pouvoir dans le pays, gagnent la confiance d’une bonne frange de la population kanak (précarité oblige on devient consommateur de ces aides).  Sans suivi ni contrôle, la politique d’aide sociale constitue un des meilleurs moyens pour avoir toute la population à ses bottes. Seule une communication claire pour dénoncer cette politique d’assistanat, ou de proposer d’autres alternatives aux populations pour que de nouveau la population redevienne maitre de sa vie, être responsable de ces faits et gestes.

Certes que beaucoup de gens déplore la « division » du camp indépendantiste comme pour dire c’est comme cela que vous dirigerez le pays demain … Mais cette division est moins grave que ce que certains font dans ce pays, et surtout ce qu’ils font d’une partie de la population. La prise en compte de l’identité kanak date de 20 ans seulement (un dossier toujours en chantier) sur en tout et pour tout plus de 160 ans de colonisation. Cette division tant décriée par certains, a le mérite de s’exprimer ouvertement, mais il y a des discours ici qui viennent étouffer cette aspiration d’un peuple colonisé, à retrouver sa dignité dans son pays, en médecine on parle de tueur silencieux  pour qualifier certaines maladies, ce discours qui traverse régulièrement les médias y ressemble énormément…

En conclusion de ce petit billet, Naku press relève juste que le camp indépendantiste continue à construire sa parole. La pleine souveraineté du pays, ou l’indépendance reste le mot clé de l’ensemble des partis, ce sont les discussions sur les modalités qui sont perçues par certains comme des divisions. Les indépendantistes sont déjà en train de débattre du lendemain du référendum, et les propos de la mission Vals, actuellement sur le territoire semblent aussi aller dans le même sens, pour attirer l’attention sur le fait que les choses vont bouger qu’il faut désormais penser au lendemain, comment se retrouver autour d’une table pour discuter de l’intérêt général.

Publication du 21 février 2018