lundi 21 novembre 2011

Motions du 42e congrès de l'Union Calédonienne de novembre 2011

42ème CONGRES UNION CALEDONIENNE - 11 -12 et 13 NOVEMBRE 2011 – KOE – DUMBEA
----------
DJUBEA – KAPUME
« Mettre notre rêves à portée de main » R.P.


MOTION DE POLITIQUE GENERALE

Réuni en 42e congrès à Koé Dumbéa dans la région Djubéa Kapume le Mouvement d’Union Calédonienne

 Considérant le projet de Constitution du Pays souverain,
 Considérant l’Accord de Nouméa, processus irréversible pour l’accession à la pleine souveraineté nationale,

Réaffirme :

• l’Accord de Nouméa en tant que dispositif de décolonisation et d’émancipation du Pays.

• que l’accession à la pleine souveraineté, le processus de sortie, le corps électoral citoyen, le maintien de la clé de répartition sont des acquis.

• que l’objectif de reconquête du pouvoir énoncé en 2005 au Congrès de Ko We Kara demeure.

Réaffirme :

• Son inscription totale dans le bilan de l’Accord de Nouméa, les transferts de compétences, l’évolution de la citoyenneté en nationalité, la mise en œuvre des moyens de financement de l’indépendance, les réformes structurelles, éléments qui participent à l’exercice de la souveraineté nationale.

• Son engagement pour la construction d’une communauté de destin pour le Pays.

A ce titre, le Mouvement d’Union Calédonienne :

• S’engage à préparer le Pays à assumer les compétences régaliennes, la défense, la monnaie, la justice, les affaires étrangères, l’ordre du public – objet de référendum de sortie

• Décide de mettre en œuvre les mesures visant à la concrétisation, à tous les niveaux, la citoyenneté, élément constitutif de l’identité du pays en devenir

Engage:

Ses structures et ses militants à faire preuve de vigilance face aux dangers visant à la déstabilisation de notre démarche politique.

---------------------


MOTION relative au FONCIER


Réuni en 42e congrès à Koé Dumbéa dans la région Djubéa Kapume le Mouvement d’Union Calédonienne

1- Constatant que la réforme foncière engagée depuis 1978 a permis la RESTITUTION PARTIELLE de l’identité kanak par des attributions foncières,
Considérant que des clans légitimes n’ont pas été satisfaits en trente ans de REFORME,

Le 42èmé congrès « mettre nos rêves a portée de main » réaffirme la poursuite de la revendication foncière au titre du LIEN A LA TERRE par la réhabilitation identitaire des clans.

2 - Constatant l’existence et la persistance du CONTENTIEUX COLONIAL avec l’Etat français sur le foncier et le rôle d’accompagnement de l’ADRAF à travers les restitutions des terres,

Le 42ème Congrès UC « mettre nos rêves a portée de main » prend acte du transfert de l’ADRAF au Pays et exige des moyens financiers et humains conséquents de l’Etat pour poursuivre ses missions.

3 - Considérant que l’Accord de Nouméa a acté les notions de destin commun et de citoyenneté,

Le 42ème Congrès UC « mettre nos rêves a portée de main » décide de la mise en place d’une commission des statuts des terres :

- pour définir les notions de cohabitation entre les différents citoyens du Pays,
- pour proposer des outils et des méthodes pour améliorer l’accès au foncier afin de satisfaire les besoins nouveaux de développement social et économique.

Le 42ème Congrès UC « mettre nos rêves a portée de main » habilite les instances du mouvement à définir la composition et le mode de fonctionnement de la commission à partir de l’année 2012.

----------------------


MOTION RELATIVE A L’ECONOMIE


Réuni lors de son 42ème congrès à Koé, Dumbéa dans la région DJUBEA KAPUME, le Mouvement d’Union Calédonienne statue sur la présente motion.

Conformément à la motion prise lors du 40ème congrès concernant l’économie durable et à la motion prise lors du 41ème congrès concernant la stratégie économique :

Constatant le fort potentiel de richesses du Pays, ses ressources naturelles, son environnement et sa biodiversité qui est la première de ses richesses.

Constatant que le développement industriel échappant à toute modélisation de répartition de richesses et de fait, à toute contribution à la solidarité du pays, accentue fortement la fracture sociale que le Pays connaît et qui écartent du système une trop grande partie de nos citoyens et notamment notre jeunesse.

Constatant que notre dépendance alimentaire, nous rend largement tributaire de l’importation pour notre consommation

Constatant que le maintien du pouvoir d’achat est la préoccupation première des citoyens du Pays, et notamment la vie chère qui résultent de causes exogènes liées à la hausse des prix des matières, mais surtout à des causes endogènes liées à une déstructuration du marché interne

Constatant que le système foncier ne joue plus son rôle de modérateur social et ne contribue pratiquement plus à la création de richesses.

Constatant que le pays doit se préparer à des bouleversements structurels qui se dessinent avec les effets d’une crise mondiale sans précédent, qui ne lui permettront plus de tenir le niveau de dépense publique actuel.

Constatant l’absence de stratégie minière et métallurgique à l’échelle du pays


Le 42ème Congrès de l’Union Calédonienne

Considérant que les richesses appartiennent autant aux citoyens actuels qu’aux générations futures, il convient de veiller au respect d’un partage équitable lorsqu’elles sont exploitées au profit des citoyens et des générations futures.

Considérant que le patrimoine naturel est le plus important atout, que nous avons le devoir de le protéger, de le perpétuer et de le faire prospérer. Que toute exploitation de ce patrimoine doit faire l’objet d’un véritable pilotage en conformité avec les outils stratégiques, et d’un suivi par une structure de gouvernance Pays.

Considérant que la richesse produite à partir de nos ressources naturelles, doivent obligatoirement être fiscalisées, pour qu’elle participe à l’effort de solidarité et à une juste répartition dans la société.

Considérant que la diversification du tissu productif est une nécessité pour assurer l’équilibre de notre dépendance économique par rapport à l’activité du nickel, en appliquant les concepts de l’économie verte et bleue, pour valoriser notre savoir faire, nos compétences et nos valeurs.

Considérant que la création de pouvoir d’achat passe obligatoirement par l’insertion des populations dans le système économique, la création et la captation de richesses, et la valorisation des hommes par de la formation professionnelle. Qu’il est utile pour cela de mettre en adéquation le système de valorisation des hommes avec la réalité économique et sociale du Territoire.

Considérant que le système foncier doit devenir productif et permettre la réinstallation à la terre des populations pour leur assurer « le mieux vivre ».

Considérant que dans le cadre de la sortie institutionnelle qui s’annonce, la crise mondiale dont nous voyons les prémices se révéler de jour en jour, la dépense publique doit être faire l’objet d’une attention particulière pour que les paiements engagés soient la juste et réelle rémunération d’un service ou d’un bien dans le cadre du développement du Pays et de ses populations.

Le 42ème Congrès de l’Union Calédonienne :

Décide que la répartition de nos richesses dès lors qu’elles proviennent de l’exploitation de nos ressources naturelles doivent faire l’objet d’une fiscalisation juste et équitable qui profitent à nos populations, faire l’objet d’un pilotage et d’un suivi assuré par les outils de gouvernance mis en place par le Pays.

Décide que notre biodiversité est sanctuarisée car elle est notre richesse la plus importante.

Décide que la création d’un tissu productif local est une priorité et doit s’appuyer sur des concepts de l’économie durable qui assurera une croissance verte.

Décide que la terre doit devenir productive et être gérée pour réinstaller les populations afin de leur assurer « le mieux vivre », d’assurer l’auto production alimentaire du Pays et de structurer les outils d’aménagement et d’accompagnement nécessaires dans cette phase transitoire.

Décide d’engager une réflexion et des actions concrètes pour optimiser la dépenses publiques, mettre l’institution au service de la population, et s’assurer que le citoyen soit au centre du dispositif économique.

Acte la nécessité de créer une structure pays où l’ensemble des collectivités de la kanaky soient représentées. Ceci ayant pour but de :

- Coordonner et optimiser l’exploitation du Nickel et autres matières premières (fer, cobalt, chrome, …)
- De se doter d’un véritable pouvoir de négociation sur le marché international