mercredi 7 janvier 2015

PARIS : L EMOTION , L'ATTENTAT CONTRE CHARLIE HEBDO , UNE CONFERENCE DE REDACTION QUI TOURNE AU DRAME

Depuis toute la nuit sur les réseaux sociaux , on cherchait  pourquoi ce titre :" Je suis Charlie". Les choses se précisent au fil des heures : en fait c'est la rédaction de Charlie HEBDO , qui a été attaquée par des terroristes. Une conférence de rédaction qui a tourné au drame, les signatures historiques de Charlie Hebdo ont été tués , au total 8 journalistes, un invité de la rédaction et un policier. Les terroristes  se revendiquent d'Al QAIDA.

On sait que Charlie HEBDO était sous surveillance depuis 2006 , pour avoir publié des caricatures qui gênent énormément les islamistes. Défaillance de cette surveillance , peut être mais à l'heure qu'il est, c'est plutôt un sentiment de stupeur, car cet évènement laisse voir la capacité de tuer avec un sang froid, c'est ce calme qui ressort de nombreux témoignages recueillis sur place.  Un comportement qui appelle à la fois émotion, mais aussi une forte détermination des autorités françaises pour dire non à la barbarie.

C'est d'autant plus frappant , que c'est la presse qui est touchée. Cette presse a peut être été trop précise dans sa cible , qu'en même temps elle devait faire objet un jour de représailles. Elle a même choisi sur certains dossiers , l'angle de l'investigation. Quand ce sont les armes qui parlent c'est dire combien ces nouveaux courants d'idées propagés au niveau de la planète via  internet , sont puissants, pour arriver à pénétrer jusqu'à s'inviter avec des kalashnikov au sein d'une conférence de rédaction.

Derrière cet évènement, la question qui reste posée, pourquoi une telle barbarie contre des journalistes, des leaders d'opinions ? On se souvient que ces dernières années, on ne compte plus le nombre de journalistes qui sont soit décapités, tués certes dans les pays en guerre, mais c'est dire combien la diffusion de l'information , gêne et doit être anéanti, parce ce qu'il est temps d'imposer une forme de dictature au niveau mondial.

Naku press,  la petite feuille  de cocotier, adresse ici ses condoléances aux familles de ces journalistes tués pour leur courage de dire les choses . On terminera cette publication par une citation connue d'ailleurs mais que Stéphane CHARBONNIER un des journalistes qui a trouvé la mort dans cet attentat  s'est donné comme devise : il vaut mieux mourir debout que vivre à genoux".

Naku press : Mise en ligne le  8 janvier 2015