dimanche 28 juin 2015

SALOMON A CHOISI L HYMNE FRANCAIS POUR ACCUEILLIR LE FLNKS : la réaction ne s'est pas faite attendre !!!

Extrait de l'édition de Flash d'Océanie du 28 juin 2015 .



Le MULPO a désormais le statut de simple observateur en tant que « partenaire de développement représentant le bien-être des peuples mélanésiens vivant en-dehors » (du bloc GMFL), avait précisé la semaine dernière le Premier ministre papou Peter O'Neill.

Du côté de ce mouvement de libération, les réactions ont été plutôt reconnaissantes.
Par la voix de son représentant à ce sommet mélanésien, ce mouvement, dont la légitimité est parfois contestée par d'autres factions de lutte nationaliste en Papouasie occidentale, a voulu voir dans cette décision le côté positif et une « première étape » : le fait que, pour la première fois, la voix de ces populations sera entendue au plan subrégional, au sein du concert mélanésien.
Du côté de la Présidence sortante, assurée ces deux dernières années par le FLNKS de Nouvelle-Calédonie, les réactions qui ont le plus intéressé la presse salomonaise concernent un débat plutôt franco-français : Victor Tutugoro, qui menait la délégation à Honiara, a en effet été cité dans la presse salomonaise pour avoir fait connaître sa « déception ».
Mais cette déception concerne un « incident » survenue lors de la cérémonie d'ouverture du sommet mélanésien, en fin de semaine dernière.

L'incident de l'hymne

Il s'agit du fait que pour accueillir le FLNKS, ce soit l'hymne national français qui ait été choisi par le pays hôte, rapporte le quotidien Solomon Star.
Or, selon les termes employés par M. Tutogoro et tels que rapportés dans la presse locale, cet hymne « ne reflète ni la fierté, ni l'identité » des Kanaks mélanésiens.
Lors de son discours de passation de la Présidence, en guise de conclusion, M. Tutugoro aurait par ailleurs tenu à faire connaître sa position aux autres pays membres du bloc, par voie du traducteur-interprète qui leur était, comme à chaque fois, assigné.
Selon les mêmes sources, devant les dirigeants mélanésiens, il aurait alors évoqué, sous forme de rappel, des sentiments proches de l' « insulte » à chaque fois que l'hymne national français était utilisé pour représenter ce mouvement politique.

Dans sa pétition de demande, le MULPO avait tenté de faire valoir que le Front de Libération Nationale Kanak Socialiste (FLNKS) de Nouvelle-Calédonie, bien que n'étant pas une entité étatique, contrairement aux quatre pays membres, jouissait du statut de membre de plein droit.
Le FLNKS achève, avec ce sommet, une Présidence tournante de deux années au cours desquelles ce mouvement politique a toujours milité en faveur du soutien aux Papous d'Indonésie.
Le nouveau Premier ministre de Vanuatu, Sato Kilman, n'assistait pas à ce sommet, retenu à Port-Vila par une situation politique toujours instable et une menace de motion de censure à son encontre, après son accession au pouvoir le 11 juin 2015 et le renversement de son prédécesseur, Joe Natuman.

Sources : Flash d'Océanie ( Edition du 28 Juin 2015)
Naku press : Mise en ligne le 29 juin 2015