vendredi 5 mai 2017

KANAKY : 2ème tour des présidentielles françaises .

Macron ou Le Pen , on saura lundi matin pour nous ici qui sera le prochain locataire de l'Elysée pour 5 ans , le monde de la finance ou le nationalisme pur et dur !!! Ici en Kanaky, entre les adeptes depuis d'antan des idées du Front national et ceux indécis entre Macron ou le bulletin blanc, dimanche on connaitra le choix de l'électorat calédonien. Dans le camp indépendantiste , pour ceux qui ont appelé à participer à cette élection, après avoir fait le mauvais choix d'un candidat socialiste qui n'a récolté que 6% de l'électorat français,  vont maintenant partir pour le deuxième tour en se rabattant sur le simple mot d'ordre de faire barrage au Front national.

Le reste du mouvement indépendantiste a appelé à l'abstention, pour signifier que ces élections ne concernent que le peuple français. Un mot d'ordre qui a été suivi, puisque le taux d'abstention revêt un caractère historique en Calédonie lors du premier tour.  Le peuple kanak ; au delà des enjeux que peuvent représenter ces élections; en ces jours de mai , se souvient des évènements qui ont marqué l'histoire du pays , mais aussi surtout des moments forts dans sa marche vers son émancipation.  Cette longue marche qui a amené avec elle , des pertes humaines avec des familles endeuillées, des évolutions dans la gestion du pays, et qui maintenant se trouve heurtée à cette bagarre juridique autour des listes électorales. Juridique pour prendre la grille de lecture de la législation française, mais politique pour un peuple qui continue à être mis en minorité chez lui par une politique d'immigration.

Alors débat : faut-il y aller parce que malgré tout l'avenir institutionnel devra impérativement être discuté avec la puissance coloniale , donc la France , ou rester sur la position : nous ne sommes pas pris en considération ( le peuple colonisé)  dans le cadrage juridique des dispositifs permettant l'accès à la pleine souveraineté du pays, donc il est inutile d'aller voter demain dimanche. Blanc ou rouge à l'Elysée , la France restera toujours la puissance coloniale , qui n'a fait que reconnaitre un état des lieux ( dixit le préambule de l'accord de Nouméa) sans pour autant reconnaitre l'authenticité d'une réalité historique , celle de la place du  peuple premier. Certes que l'accord de Nouméa a entériné ce que l'histoire coloniale a imposé dans le pays , mais en même temps mis en sourdine cette dimension politique qui continue à être revendiqué par le peuple kanak à un moment où cet même accord de Nouméa va poser la question de l'autodétermination .

Beaucoup de jeux de mots, ou encore de terminologie , c'est la richesse de la langue française qui permet cela, mais la réalité elle n'a qu'une seule traduction , et si elle se trouve bafouée, la petite braise continuera à fumer ….
Le billet de Naku press….

Mise en ligne le 6 mai 2017