vendredi 5 mai 2017

LU POUR VOUS ……………" LA FIN DES PARTIS POLITIQUES" ( Le Monde Diplomatique du mois de Avril 2017)




C'est un article qui propose à la  lecture l'extrait d'une enquête d'Allan POPELARD, sur le paysage avant la bataille présidentielle française, et il livre une certaine grille d'observations pouvant servir pour la lecture de certains faits d'actualité notamment dans le comportement du public face aux réseaux traditionnels des partis politiques.

En effet entre des candidats portés par des partis traditionnels et une candidature comme celle d'Emmanuel MACRON , qui aux yeux du grand public , serait une candidature spontanée portée par la jeunesse, les mouvements de la rue , ou de la finance ( pour se rappeler de son parcours personnel) ; il y a lieu de s'interroger sur la force  qui peut soutenir cette spontanéité . Chose nouvelle , mais à l'ère du temps , d'un monde complètement ouvert , ou les techniques de communication "transpercent" les murs épais d'antan , des hauts lieux de décision.

Tout au long de cet article des repères historiques comme le mouvement social de mai 1968, - des citations  ( Benoit Hamon   à la sortie des primaires socialistes  " vouloir déborder les appareils , ou encore je ne suis pas un homme de parti … - ou encore la tribune du co président du groupe des Verts au Parlement Européen publiée dans Libération qui proposait  de dépasser "la forme partiaire"  en créant "une coopérative politique" en phase avec la culture anti autoritaire  de la pensée écologiste". La coopérative , permettrait selon lui de redonner du sens à l'engagement".- ou encore une utilisation efficace des moyens numériques , avec l'exemple de la plate forme numérique de soutien  la candidature de Macron qui a recueilli 3 millions d'euros grâce à 13500 donateurs -  ou encore : renouveler l'exercice du pouvoir et de sortir de  "l'entre soi " en attirant les entrepreneurs , la société civile bref ce monde libre au libre choix, mais qui apporte son expérience , et leur sens d'organiser , leur manière de gérer …  - si l'on veut lutter comme l'abstention , il faut libéraliser les partis - ou encore des constats du type : " aujourd'hui le vrai clivage n'est plus entre la gauche et la Droite mais entre les conservateurs et les progressistes.   - la référence à la révolution citoyenne en Amérique Latine : alors que le monde serait entré dans "l'ère du peuple" l'utilité des partis  aurait perdu de son évidence  , mais arrivé gagnant dans une élection sans parti ni organisation  peut être une faiblesse organique de ces révolutions avec lesquelles il faudra composer.

C'est du "vrac" mais des pistes de réflexion pouvant accompagner et nourrir certaines réflexions. Même si en Kanaky nous sommes loin des réalités de ces grands pays, mais la guerre de l'organisation de l'opinion se fait avec un public stéréotypé par la mondialisation qui finit par conditionner les mentalités. En effet les réseaux, les mouvements citoyens , les forums , bref , la spontanéité de la réflexion sont les réactions à l'ère du temps, peut être pour dire aussi qu'il est temps d'ouvrir une autre voie pour l'organisation de la décision politique.

Naku press : mise en ligne le 6 mai 2017