vendredi 7 septembre 2012

Pékin annonce un éventuel effacement de la dette des pays les moins avancés




RAROTONGA, jeudi 6 septembre 2012 – Le gouvernement chinois aurait l’intention d’effacer la dette des pays les moins avancés avec lesquels il entretient des relations diplomatiques, y compris, pour le Pacifique, Vanuatu et Samoa.
Cette déclaration d’intention, survenue en fin de semaine dernière à l’occasion du dialogue « post-Forum » suivant le sommet annuel des dirigeants du Forum des Îles du Pacifique (FIP), a été faite par le Vice-ministre des affaires étrangères chinois, Cui Tiankai, qui participait à cette session de dialogue.
L’annonce n’a pas encore été quantifiée mais elle aurait pour objectif d’aider ces pays à atteindre les objectifs de développement du millénaire (ODM) fixés à l’aube du vingt et unième siècle, rapporte jeudi l’agence régionale anglophone Pacnews.
Le responsable gouvernemental chinois aurait aussi évoqué la possibilité pour certains autres pays océaniens en voie de développement de renégocier leur dette vis-à-vis de la Chine.

L’aide chinoise, selon les mêmes sources, pourrait aussi renforcer son emphase sr des projets dans les domaines agricole, sanitaire et technique, y compris la formation.

Fin juillet 2012, à l’occasion des cérémonies marquant le 32ème anniversaire de l’accession à l’indépendance, le Premier ministre de Vanuatu, Sato Kilman, déclarait publiquement que son pays ne serait pas en mesure d’atteindre les objectifs de développement du millénaire fixés à l’horizon 2015.
Il avait notamment cité, parmi ces objectifs, ceux d’éradiquer la pauvreté et la faim, l’accès universel à l’éducation et à l’alphabétisation, ou encore la santé pour tous.
Il avait alors invoqué comme principale cause de cet état de fait le fossé trop grand existant entre les recettes de l’État et ses dépenses, sur fonds d’accroissement significatif de la population (actuellement estimée à environ 250.000).
Néanmoins, au regard de l’ONU, l’archipel de Vanuatu est en phase de transition de son statut de PMA (pays moins avancé) à celui de pays en développement, une perspective qui suscite encore de nombreuses réticences au niveau local, étant donné les avantages liés au statut de PMA.

En vertu de ce statut, Vanuatu a ainsi bénéficié, entre autres, d’une subvention américaine de l’ordre de 66 millions de dollars US pour des projets infrastructurels, comme le goudronnage de la totalité de sa route de ceinture sur l’île principale de Vaté.

Une transition serait envisagée, trois années durant, entre 2013 et 2016, alors que Vanuatu a rejoint, en août 2012, l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC).
Pour Samoa, la période de transition de PMA à pays en développement et déjà entamée et devrait arriver à terme en janvier 2014.
À l’origine, Samoa aurait dû achever cette transition en 2010, mais ce pays polynésien avait demandé une prorogation de l’entrée en vigueur du statut de pays en développement.

Cette période a été étendue une seconde fois, en raison du tsunami qui a frappé cet archipel le 30 septembre 2009.
Dans le Pacifique, les cinq PMA sont Kiribati, Samoa, les iles Salomon, Tuvalu et Vanuatu.

Sources : Flash d’Océanie ( PAD) Edition du 08/09/2012
Naku press : Mise en ligne le 08/09/2012 à 8h16