jeudi 17 décembre 2015

ILE DES PINS : le tour est joué , les indépendantistes ont redonné la Mairie aux Républicains !!!


La presse locale a suffisamment fait écho de toutes les discussions qui ont précédé ces tours des élections municipales de l'Ile des Pins. On retiendra que le point de départ de toute cette cabale , c'est la contestation de la gestion de l'équipe mise en place par une liste unitaire des indépendantistes sur l'Ile. Nous étions frappés peut être de bon sens à ce moment là pour croire à l 'unité . Mais voilà les choses n'ont pas pu tenir , les raisons évoquées pour contester la gestion de l'ancienne équipe paraissent un peu léger, car comme toute chose autour des dossiers il y a toujours possibilité de trouver des terrains d'entente. Mais bon parfois le terrain public comme la gestion d'une commune est très souvent utilisé pour régler d'autres conflits bien extérieurs.

Les africains parlent souvent de guerre de cousinade, n'est ce pas ce qui s'est passé à l'Ile des Pins ? Politiquement nous sommes dans le Sud où le mouvement nationaliste n'a pas cessé de parler d'unité , et surtout de placer le mouvement en rapport de force aussi dans les institutions de proximité , en toute bon sens on n'aurait jamais cru que pour une fois que l'on a réussi à prendre la mairie de l'Ile des Pins , les indépendantistes eux mêmes allaient revenir là dessus. Une confiance peut être mal appréciée , le Palika a fait le coup en pensant que ces troupes allaient le suivre , comment puisque dans le camp indépendantiste, l'Ile des Pins reste malgré tout le fief de l'Union Calédonienne . Ou alors s'il faut aller plus loin dans l'analyse : ce coup de l'Ile des Pins est une nouvelle expression de la vraie stratégie du Palika : celle pour qui la question du rapport des forces du mouvement nationaliste kanak n'est plus d'actualité , parce que selon le Palika  le pays est déjà indépendant , ou encore l'indépendance on y est déjà , ainsi l'affichage qui se dessine à la conclusion de ces élections ne gêne en rien. C'est tout simplement l'issue du jeu démocratique normal au sein d'une institution locale. Le contexte dans lequel le pays est en train d'évoluer , n'est plus qu'une réalité à gérer , et non à exploiter pour mettre toutes les conditions en faveur du discours indépendantiste et nationaliste.

C'est assez difficile de comprendre de tels agissements, car lorsque l'on lit la presse : le  Palika se dit indépendantiste comme l'Union calédonienne , et ne pas arriver à s'entendre ,mais où est le problème ? Les guerres de cousinade , ou les crises qui minent les dynamiques locales peuvent peut être donner une explication à une telle situation. Mais nous sommes à 3 ans de 2018 !!! Si ce sont ces éléments secondaires qui ont primé , on peut continuer à espérer que sur le plan national on pourra se retrouver. Alors il faudra communiquer pour bien clarifier la distinction de ces différents niveaux avec les mécanismes qui les animent en terme de positionnement politique.  Pour résumer  la situation Naku press vous propose la formulation suivante : nous sommes tous kanak, mais dans la commune ou à la tribu : moi je ne suis pas d'accord avec toi et donc je ferais tout pour que tu ne sois pas au perchoir " passant sous silence les mots d'ordre politique à porter sur le plan national. C'est aussi une réalité à prendre en compte.... La vision localiste des choses est encore très présente chez  nous , s'extraire du périmètre local pour aller sur le national relève parfois de gros efforts dont beaucoup ne sont pas encore prêt à le faire. Quand le périmètre concerné par une élection est éloigné de notre quotidien on a plus de facilité à faire l'impasse sur les problèmes locaux, mais s'agissant de la proximité c'est presque du domaine de l'impossible , malheureusement c'est bien cet effort qui nous est demandé pour afficher une cohérence avec ce que l'on veut défendre sur le plan national.
Ce n'est qu'une proposition de grille de lecture par rapport à ce qui se passe actuellement à l'Ile des Pins.


Naku press : Mise en ligne le 18 décembre 2015