jeudi 4 octobre 2012

LA PETITE CHRONIQUE DE NAKU PRESS




Septembre de Kanaky, beaucoup de choses se sont déroulés dans le pays. Septembre le mois du patrimoine , et aussi le mois de la citoyenneté. Plusieurs manifestations se sont donc déroulés à travers le pays, mais Naku press retiendra ici les évènements suivants : la construction des 9 cases sur la place du Mwa Ka , l’élection d’une femme à la tête de la plus grande province du pays et enfin la dispute via les médias entre indépendantiste et non indépendantiste sur la gestion du secteur minier.

Kanaky avance à grands vers les élections qui vont décider de ceux qui seront aux postes de commande durant cette dernière mandature de l’Accord de Nouméa. Mais beaucoup de choses viennent déjà, quelque peu assombrir l’horizon : cette majorité gagnée par Calédonie Ensemble lors des législatives qui remuent le discours politique dans le pays, les conséquences de cela dans la droite locale, le départ précipité d’un de nos grands leaders indépendantistes. Bref , un contexte qui instaure déjà bien de débats et d’interrogation sur la suite , même à très court terme.  Les indépendantistes ont réussi à faire l’unité autour des législatives, ils l’ont maintenu lors de l’élection du bureau du congrès, et enfin pour la dernière en date : le Bureau politique du FLNKS vient de prendre la décision de prendre la présidence du Groupe Pays Fer de Lance Mélanésien en 2013. Les langues , pour ne pas sortir du classique en la matière, continuent à délirer pour vouloir construire autre chose à côté , mais le mouvement indépendantiste confirme bien sa marche vers la sortie de l’Accord de Nouméa. Blocage institutionnel bientôt , ou peut être déjà là , à ceux qui veulent jouer cette carte, on sera tenté de leur demander, dans quel intérêt, en tous les cas ce ne sera pour l’intérêt général du pays. Car la politique politicienne, qui est la règle du jeu utilisé par tous,  d’ailleurs, pour déjà donner le ton des prochaines campagnes électorales, est une logique comme une autre, sauf qu’elle ramène les choses très souvent à des questions de personnes. Mais la Kanaky ne fait pas exception, cette logique est universelle en politique. Quelle  est sa limite par contre pour un mouvement de libération qui a un objectif politique à atteindre et qui n’est pas de taille de réformette de la petite semaine ?

Depuis un peu plus de 10 jours la province Sud est maintenant « pilotée » par une femme, une première pour le pays du moins au niveau provincial, puisque l’on se souvient que Mme Marie Noelle THEMEREAU a été elle la première femme nommée à la présidence du gouvernement. Des médias de la place ont déjà caricaturé la situation  par un encadré avec un dessin montrant Cynthia en premier plan et Pierre FROGIER à côté avec une fenêtre de dialogue animé par les propos suivants  «  c’est moi qui commande ». C’est du classique,  la femme ne sera jamais capable d’agir seul, certes, mais saluons le courage de cette femme qui a simplement, disons le « accepter de prendre la responsabilité ».  A vrai dire qui n’est pas manipulé en politique ?  Nous retiendrons le fait que l’un des premiers textes que la province Sud a adopté sous sa présidence, c’est celui concernant la restructuration des squatts. Un texte contesté par ceux qui se veulent être les grands défenseurs d’une « soit disant véritable politique sociale », mais qui d’une manière objective semble plutôt pencher vers de l’assistanat. Et pour continuer cet honneur aux femmes , le premier enseignement privé du pays , la Direction Diocésaine de l’Enseignement Catholique , sera elle aussi ,  dirigée par une femme.

Cette toute dernière semaine de septembre l’opinion publique locale , a été prise au valse des « tirs » à coup de communiqué venant du mouvement indépendantiste s’agissant des propos tenus par les élus du RUMP et le président du parti  Pierre FROGIER , sur la gestion du secteur minier. En effet depuis quelques semaines déjà , les toutes dernières  négociations de la SMSP et l’un des métallurgistes  de la Chine , fait couler beaucoup d’encre. Oui encore un projet d’usine de production off shore , quel intérêt pour le pays !!! Très récemment dès que l’on a su que la SMSP a commencé les discussions au niveau local pour renforcer sa ressources locales en minerai et donc elle est venue sonder au niveau des titres miniers localisés dans le sud du Pays , certains ont crié  presque « au voleur » ou encore à « l’assassin » pour dire que l’on veut tuer la SLN . A-t-on oublier que le Sud fait partie aussi de la nouvelle Calédonie , où est passé l’intérêt « national » ?

Lourdeur , ambiance d’attente , ainsi va la vie dans la classe politique locale !! Pendant ce temps, le peuple kanak continue son chemin , 8 cases implantées en plein dans la ville, comme pour rappeler qu’il y a une architecture qui manque pour bien planter le décor d’une ville typique du Pacifique. Et ce sont les touristes qui ont apprécié ainsi cette place du Mwa ka dans sa nouvelle version de septembre 2012. Certes actuellement , ceux qui n’ont pas encore compris que l’horloge avait déjà commencé à tourner pour marquer un autre pas dans l’évolution des mentalités, sont frappés d’incompréhension , peut être même de beaucoup de remise en cause pour dire mais où sommes nous ?  Oui bien en Kanaky – Nouvelle Calédonie si on veut, mais pas sur la « Promenade des Anglais «  à Nice version Pacifique Sud …. La vie est faite ainsi, et parfois la loi de la nature impose des choses, parce qu’il y a des vérités qui traversent le temps.  La tribu kanak dans la ville, fait chauffer les standards des radios de la place pour entendre des avis partagés, mais quelque part l’opinion publique calédonienne a pris acte de l’évènement.

Et sur la même lancée, le dernier numéro de la Voie du FLNKS ( l’organe de Communication du Front)  fait l’éloge de l’entrée en production de l’usine du Nord, un acquis du mouvement indépendantiste kanak , dans les prochains mois.

Fait à Nouméa le 04/10/2012