mercredi 17 novembre 2010

35e Congrès du PALIKA - Lifou les 11, 12 et 13 novembre 2010: Les motions...

MOTION N° 1 "POLITIQUE GENERALE"

Le XXXVème congrès du PALIKA s’est tenu à KEJËNY – DREHU les 12, 13 et 14 novembre 2010. Les instances du parti, les militants et les responsables ont fait état de l’important travail d’évaluation qu’ils ont effectué sur l’impact du processus de l’accord sur la situation de KANAKY.
Cette évaluation politique effectuée à mi chemin de la durée de l’ADN confirme pour le PALIKA :
· que le processus de l’ADN pose véritablement les termes de la décolonisation et de l’émancipation de KANAKY, pour préparer son accession à la pleine souveraineté et à son indépendance.
· Les quatre principes qui fondent le projet de société sur la base desquels il appelle les citoyens à travailler :
o La rupture avec les rapports de domination et d’assujettissement de type colonial dans la gouvernance des populations et du pays
o Le respect et la valorisation de l’identité kanak et les valeurs océaniennes au cœur d’une citoyenneté partagée entre tous dans un destin commun
o Le respect des populations locales avec la préservation d’un rapport de qualité avec un environnement riche en biodiversité
o La valorisation des ressources naturelles et la création de ressources financières nécessaires à la diversification d’une économie viable capable de répondre aux besoins des populations dans la durée.
Le 35ème congrès du PALIKA appelle à la mobilisation des militants et des structures pour réussir pleinement ce processus dans deux directions politiques fondamentales :
· Poursuivre la construction du projet de société
· Appeler les citoyens à s’engager ensemble dans ce défi pour construire le pays.
La mise en œuvre du processus de l'ADN opère une transformation globale de la société calédonienne et amène des mutations profondes dans le pays. Il faut poursuivre les efforts consentis dans le cadre des politiques publiques pour réduire les déséquilibres, les inégalités, conditions nécessaires à la construction de la citoyenneté.
Le XXXVème Congrès a déterminé :
· dans le cadre de la construction du destin commun, Le foncier, son développement ainsi que le rôle des instances coutumières constituent les points essentiels à traiter pour permettre l'expression pleine de l'identité kanak, le rapport qu’il entretien avec les autres citoyens dans le cadre de la communauté de destin.
· dans le domaine de l'aménagement, du développement économique et dans la perspective du développement durable. La poursuite du rééquilibrage général et intérieur de la, le traitement des effets induits, les moyens pour résoudre le désenclavement et les problèmes de déserte, la création des activités économiques structurantes au niveau global et local la valorisation du potentiel naturel du Pays, l’appropriation des outils mis à disposition sont les principaux axes de travail.
· dans le domaine de l'enseignement, de la formation de l'insertion et de la jeunesse. Le grand débat sur l'école est un projet important pour construire l’école de demain. Les besoins exprimés par la jeunesse en matière de formation, d’information et la lutte contre les différents fléaux qui minent notre société, sont les priorités.
· pour les grands chantiers ouverts par l'ADN en particulier ceux initiés par le 8ème comité des signataires. Le PALIKA s’organise pour les faire aboutir.
La situation politique du pays a été examinée. Le XXXVème Congrès constate le développement depuis les élections provinciales 2009 des stratégies à l’initiative des partenaires locaux. Il dénonce ces stratégies en ce qu’elle constitue un frein à l’application loyale de l’Accord de Nouméa dans son esprit et sa lettre mais aussi dans la mise en œuvre des orientations présentées par le gouvernement dans sa déclaration de Politique Générale approuvé unanimement par l’ensemble des formations politiques.
Pour le PALIKA, la situation du Pays exige que les chantiers ouverts pour réformer le Pays préparer le transfert des nouvelles compétences demeurent la priorité sur laquelle il appelle les instances et responsables a travaillé. C’est à ce prix que les enjeux liés aux dispositions prévues au point 5 de l’ADN pour traiter, du transfert des 5 compétences régaliennes, de l’accès du Pays à un statut international de pleine responsabilité et de l’organisation de la citoyenneté en nationalité seront correctement approprié et porté par les citoyens.
Le XXXVème Congrès engage le parti à contribuer avec détermination aux travaux des 3 comités constitués à la suite du 8ème comité des signataires pour travailler :
o l’élaboration du Schéma stratégique industriel de la Nouvelle-Calédonie
o le Bilan à mi-parcours de l’ADN
o l’approfondissement des éléments de discussion dans la perspective de la consultation prévue après 2014 à l’aide de présentation théorique et pratique en particulier d’exemple pris auprès des Pays insulaires du Pacifique et de l’ONU.
Le XXXVème Congrès appelle ses responsables :
o à faire aboutir le grand débat sur l’école pour la construction du Pays ;
o à faire en sorte que le drapeau politique porté par le FLNKS soit admis comme drapeau identitaire du Pays et que Kanaky-Nouvelle-Calédonie en devienne le nom ;
o à poursuivre le travail sur les listes électorales pour intégrer ceux qui sur le tableau annexe, réunissent les conditions pour voter au référendum d’autodétermination et qui sont exclus de la liste spéciale.
o à promouvoir les objectifs du développement durable dans le cadre des politiques publiques en s’appuyant notamment sur les avancées obtenues notamment à l’échelle internationale suite à la dernière conférence de Nagoya au Japon.
Le XXXVème congrès du PALIKA a confirmé le rôle important joué par le Parti et ses responsables dans la mise en œuvre du processus. Il constate que les militants se sont investis depuis le dernier Congrès dans la construction d'une plus grande cohésion interne et appelle ses militants à poursuivre ce travail pour rétablir la capacité politique du PALIKA. En ce sens, Il engage ses militants à s'investir à tous les niveaux de la société pour porter les positions du PALIKA tout en veillant à la cohérence dans la conduite des positions et des actions politiques.
S'agissant du FLNKS, le XXXVème Congrès réaffirme qu'il constitue un outil important dans le cadre de la réalisation d'un rapport de force favorable à l'accession du pays à la souveraineté et à l'indépendance. Il constate que les dissensions internes actuelles nuisent profondément à l’accomplissement de sa mission générale. Pour le PALIKA, il doit pour cela clarifier la situation interne, le rôle des partis le composant, définir les missions qui lui sont assignées et revoir son organisation et son fonctionnement. Le PALIKA apportera sa contribution en ce sens au Congrès du Front prévu le 4 décembre 2010.
Le XXXVème Congres du PALIKA réaffirme que la construction du destin commun demeure le défi majeur dans la construction de la souveraineté et de l'indépendance. Il demande à ses militants de continuer à s'investir dans toutes les initiatives qui concourent à cet objectif, notamment dans le travail dans le cadre de la démarche d’ouverture.



MOTION N° 2 "PORTAGE POLITIQUE DE L’ACCORD DE NOUMEA"

Réuni pour son 35ème congrès à KEJËNY – DREHU, le PALIKA réaffirme l’ADN comme feuille de route dans le processus de décolonisation et la construction de son objectif politique d’Indépendance kanak révolutionnaire socialiste (IKRS).
Dans ce sens le PALIKA reconfirme l’engagement de l’ensemble de ses structures, de ses militants et sympathisants à porter les positions et motions adoptées à ce 35ème congrès sur tous les terrains de lutte investis parmi les forces vives du Pays, auprès des partenaires du FLNKS et dans la démarche d’Ouverture Citoyenne (OC) ou d’Union Nationale pour l’Indépendance dans la Diversité (UNID).
L’action politique que le 35ème congrès a permis de conforter, va traduire la détermination du PALIKA à contribuer concrètement à donner corps au projet d’une société plus équitable qu’une mise en œuvre résolue de l’Accord de Nouméa devrait permettre de construire.
Le 35ème congrès du PALIKA reconfirme le FLNKS dans son rôle :
- de représentation sur le plan des relations extérieures avec l’ONU, les instances régionales dont le FER DE LANCE,
- de suivi de la mise en œuvre de l’Accord de Nouméa,
- et d’acteur, en tant que signataire de la réussite de l’Accord de Nouméa.
Pour sa part le PALIKA réitère :
- sa proposition de création d’une cellule auprès du BP du FLNKS pour le suivi des relations extérieures du Front,
- et sa position en faveur de l’intégration de la NC au groupe FER DE LANCE en tant que pays mélanésien.
S’agissant de l’organisation et du fonctionnement du FLNKS, le 35ème congrès du PALIKA exige que les membres du bureau politique mandatés par leurs partis respectifs assument pleinement leur responsabilité pour plus de cohérence dans le portage politique de l’Accord de Nouméa.



MOTION N° 3 "IDENTITE KANAK"

Le XXXVème congrès du PALIKA réuni à KEJËNYI – DREHU, les 12, 13 et 14 novembre 2010 réaffirme sa volonté de poursuivre son engagement en faveur de la promotion et de la valorisation de l’identité kanak dans le cadre de l’Accord de Nouméa. Comme cela a été mentionné au congrès de Cata (Vook).
Le PALIKA appelle ses militants à s’investir là où c’est nécessaire, pour restructurer et conforter l’organisation sociale kanak pour que l’autorité coutumière reprenne toute la place qui lui revient, afin d’être en mesure de relever tous les défis actuels et à venir.
Ainsi le XXXVème congrès du PALIKA demande à ses militants de poursuivre et d’achever avant 2014 la mise en place des registres des chefs de clans, de chefs, grands chefs, présidents de conseil de clans.
La collecte du Patrimoine notamment sur l’histoire des clans, la généalogie, les cahiers des chefferies, outils nécessaires à la clarification pour stabiliser la cohésion sociale doit se faire en collaboration avec l’ADCK, objet de transfert pendant cette mandature.
Le PALIKA demande à ses militants investis dans le développement économique d’utiliser les baux de location comme instrument adéquat pour favoriser le développement économique en terres coutumières.
Le Fonds de garantie en terres coutumières prévu dans l’Accord de Nouméa doit être mis en place pour satisfaire l’investissement en milieu tribal.
Le XXXVème congrès du PALIKA demande que L’ADRAF fasse l’objet de transfert pendant la mandature et doit continuer à gérer la question foncière dans le cadre de ses nouvelles attributions.
Le XXXVème congrès du PALIKA recommande vu l’importance de la question identitaire kanak un suivi attentif et régulier par aire linguistique par le bureau politique. Un bilan d’étape sera demandé pour acter l’état d’avancement du dossier.



MOTION N° 4 "ENSEIGNEMENT/ FORMATION/ INSERTION ET JEUNESSE"

Réuni à son XXXVème Congrès à Kejenyi, nöje drehu les 12, 13 et 14 novembre 2010, le parti de libération kanak a examiné les questions relatives à la jeunesse en rapport avec les problématiques de l'enseignement, de la formation et de l'insertion, ainsi que ceux liés à l'éducation.
Concernant l'enseignement, le Palika réaffirme son soutien à la démarche du « grand débat » dans l'élaboration du « projet de l'école de demain », conformément à la mise en œuvre de l'ADN et au discours de politique générale du président du gouvernement collégial.
Il rappelle que ses militants ont activement participé à ce chantier et propose la mise en place d'un groupe de travail chargé de faire le point, afin d'éclairer les militants du parti après le « miroir du débat ».
Le Palika constate par ailleurs que parallèlement au « grand débat », un autre projet initié par la ministre chargée de l'enseignement tend à contrecarrer l'initiative du gouvernement collégial.
Le Palika dénonce ce projet qui risque d'abroger les acquis de la loi de 2005, celle qui place les langues et cultures kanak en tant que langues d'enseignement tel que prévu dans l'Accord de Nouméa.
Le Palika condamne aussi l'entêtement du ministre de l'enseignement à vouloir faire passer son projet de loi avant le 31 décembre 2010 alors que le « miroir du grand débat » sur l'école doit être rendu public en mars 2011.
Concernant la formation et l'insertion, le XXXVème congrès réaffirme que cette question reste une préoccupation permanente du Palika.
Il fait le constat qu'un certain nombre de jeunes ont été insérés professionnellement grâce aux dispositifs mis en place par les collectivités et demande à ces dernières de poursuivre les actions engagées en matière de formation et d'insertion professionnelle.
Les problématiques de la jeunesse en général, de la délinquance et de l'addiction en particulier doivent être traitées:
par l'accompagnant des jeunes dans leurs recherches de formation et/ou d'emploi.
par l'évaluation des dispositifs existants pour en mesurer la pertinence et l'efficience et éventuellement en corriger les dysfonctionnements.
par l'accessibilité, l'accueil et la disponibilité des professionnels de l'insertion et de l'emploi pour les faire accéder aux informations utiles à leur intégration dans la vie active.
Concernant l'éducation, le Palika réaffirme dans son XXXVème congrès que ce thème constitue un pilier de la construction du pays.
Il invite tous ses militants à agir à tous les niveaux de responsabilité pour garantir la réussite scolaire puis sociale à tous les enfants.
- > que les parents s'organisent en tribu ou en ville pour assumer leurs rôles de parents, premiers éducateurs.
- > que les enseignants ouvrent davantage l'école aux parents pour que ces derniers s'impliquent dans le suivi scolaire de leurs enfants.
- > que les adultes redonnent de l'importance à l'éducation aux valeurs culturelles (LCK) des enfants à l'école comme en tribu.



MOTION N° 5 "AMENAGEMENT DU TERRITOIRE/DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE/DEVELOPPEMENT DURABLE

La réhabilitation et le réaménagement des espaces demeurent un élément central de notre lutte de libération nationale.
Le XXXVème Congrès du PALIKA réuni les 12, 13 et 14 novembre à la tribu de KEJËNYI – DREHU réaffirme le caractère majeur de ces questions d’aménagement des territoires dans la construction de son projet de société à soumettre aux autres citoyens du Pays.
L’aménagement du territoire doit répondre à une logique de rééquilibrage tant dans les domaines du développement économique que du progrès social.
En matière de développement économique et au vu des résultats positifs constatés, ce XXXVème Congrès du PALIKA confirme la pertinence des outils et dispositifs financiers existants (STCPI, code des investissements provinciaux, ADIE, NCI, SEM, FGN…) et demande à ces militants de promouvoir leur accessibilité auprès des populations.
Le Palika rappelle que l’objectif d’une indépendance viable passe par une création soutenue d’activités structurantes et la diversification de l’économie tout en veillant à en limiter les contraintes.
Le XXXVème Congrès du PALIKA réuni à Kéjënyi constate que certains leviers sont attendus pour dynamiser le développement économique sur les terres coutumières tels que :
- Le fond de garantie sur les terres coutumières
- Le cadastre coutumier foncier
- La Loi du Pays sur le régime des terres coutumières
Il invite ses militants investis dans les instances concernées à œuvrer pour faire aboutir ces dossiers.
Par ailleurs, le XXXVème Congrès du Parti appelle ses militants à favoriser les conditions administratives et juridiques pour mieux encadrer l’action publique en milieu coutumier (PUD, SDAU, …)
Conscient de la richesse exceptionnelle du patrimoine naturel du Pays, le Palika considère le développement durable comme un axe d’enjeu national.
Le XXXVème Congrès du PALIKA réuni à Kéjënyi demande donc à ses militants de se mobiliser fortement autour des actions visant à promouvoir, valoriser et protéger notre biodiversité marine et terrestre.
Le SADNC, constituant un cadre déterminant pour l’élaboration des politiques publiques cohérentes à l’échelle du Pays, le XXXVème Congrès encourage ses militants institutionnels à relancer la démarche et la rendre opérationnelle.
Constatant la politique incohérente de la desserte des Iles Loyauté, le PALIKA considère que cette question doit intégrer une réflexion plus globale sur le schéma directeur des transports au niveau national.
Le XXXVème Congrès du PALIKA constate encore des difficultés d’accès de nos populations aux différents dispositifs d’aide à l’habitat ; il demande donc à ces élus à veiller à la mise en œuvre des résolutions actées lors des assises du logement tel que le fond de garantie pour l’Habitat ou le prêt à taux zéro.
Le XXXVème Congrès du PALIKA réuni à Kéjënyi invite les institutions compétentes en matière de télécommunication à améliorer la couverture GSM dans tout le Pays et garantir l’accès au réseau Internet.
Par ailleurs, il sollicite les autorités coutumières à faciliter les conditions d’implantation de ses équipements.

MOTION N° 6 LE COMITE DES SIGNATAIRES

Réuni en Congrès les 12, 13 et 14 novembre à KEJËNYI – DREHU, le PALIKA a pris connaissance des relevés de conclusion du VIIIème Comité des Signataires de l’Accord de Nouméa et des chantiers ouverts qui participent à la mise en œuvre de l’ADN. Il se félicite des résultats obtenus par les responsables politiques du PALIKA dans un contexte difficile.
Le Congrès note avec satisfaction que les dispositions prises pour pérenniser le processus de l’ADN et notamment les modalités qui accompagnent le transfert des compétences y ont été prises et engagées.
Ainsi, le Palika se félicite de la signature des Conventions relatives à « l’enseignement », à la « police et sécurité de la circulation maritime et aérienne interne », comme celle relative au protocole d’accompagnement « du droit civil et du droit commercial ».
Le Congrès appelle ses militants à la vigilance et demande de veiller à ce que les compétences transférées et celles à venir s’exercent selon les termes échus et les échéanciers prévus par la convention cadre. Le XXXVème Congrès du PALIKA donne mandat à ses représentants au sein du Comité de Pilotage pour suivre et défendre les positions du Parti sur ces sujets.
S’agissant des travaux préparatoires aux discussions sur l’avenir de la NC et la consultation de sortie du processus de sortie de l’ADN après 2014, le Palika se félicite de la mise en place du comité de pilotage dédié à cette question. Le XXXVème Congrès donne mandat à ses représentants qui y siègent pour apprécier le travail attendu et prendre défendre les dispositions théoriques et juridiques qui créent et facilitent les conditions pour réussir la consultation de sortie portant sur les transferts de compétences régaliennes, le statut international de la NC et l’organisation de la Citoyenneté en nationalité.
Le XXXVème Congrès demande à ses militants de rester vigilants et veiller à ce que les acquis liés aux transferts ne soient pas remis en causes.
o Le Bilan de l’Accord de Nouméa :
Le Palika se félicite de la mise en place du comité de pilotage dédié à la réalisation du bilan globale de l’accord. Le XXXVème Congrès du Palika exige à ce que les experts internationaux retenus à l’issue de l’appel d’offre pour réaliser le bilan se conforment au cahier des charges validé par le comité de pilotage.
o Le schéma stratégique industriel :
Dans le prolongement du schéma de mise en valeur des ressources minières, le XXXVème Congrès salue l’initiative prise par les Signataires d’engager un travail de réflexion sur l’élaboration d’un schéma industriel dans le but d’assurer une cohérence dans la durée, des projets miniers et métallurgiques, de l’action des opérateurs SLN, Vale Inco, KNS) et des provinces. Le XXXVème Congrès se félicite de la mise en place d’un Comité de pilotage pour le suivi du dit schéma et encourage ses représentants qui participent aux travaux du Comité à continuer à travailler dans le sens de l’intérêt du Pays.

A lire également sur http://journal.kanak.over-blog.com/pages/les-motions-du-35-eme-congres-du-palika-4089597.html