lundi 23 mai 2011

AJIR, un plan provincial de la jeunesse...

Le lundi 28 février dernier, Odette Moindou et Sylvain Pabouty, les deux élus FLNKS de l'assemblée de la Province Sud, accompagnés de leur collaborateur, Alexandre Amosala, rencontrent Nicolas Kurtovitch, conseiller spécial à la présidence Province Sud pour évoquer le plan en faveur de la jeunessse, dénommée AJIR...

AJIR signifie Action, Jeunesse, Insertion, Réussite; c'est un plan regroupant plusieurs dispositifs en faveur de la jeunesse ...


1. Le conseil provincial des jeunes (CPJ): Composés de 60 jeunes représentants l’ensemble des lycées, collèges et d’associations, il a pour mission de participer à l’élaboration de la politique provinciale en faveur des jeunes. Il est ainsi consulter pour avis sur les projets intéressant la jeunesse et il peut également proposer des mesures en ce sens.

2. L’école de la seconde chance (E2C): dispositif d’insertion en faveur des jeunes qui ont entre 16 et 26 ans sans diplôme et sortis du système scolaire depuis au moins 1 an. Cette école dispense un enseignement alternée : savoir de base et technique (milieu professionnel). Durant cette période, l’élève perçoit une rémunération équivalente à la moitié du SMIC.

3. Les internats d’excellence : C’est un dispositif destiné à offrir aux élèves et étudiants un cadre de travail optimum dans les internats (accompagnement solaire personnalisé, outils informatiques, sport…). Ce dispositif destiné à évoluer concerne 4 internats actuellement :
- Bourail (40 élèves de 4ème et 3ème),
- La Foa (33 élèves de 4ème et 3ème),
- L’internat le Rosay de la DDEC à Païta (24 élèves de terminal bac pro),
- Le foyer Jeanne d’Albret (17 élèves en année d’examen).

4. Le service civique : Dispositif en direction des jeunes diplômés ou non qui ont entre 18 et 26 ans, souhaitant s’investir dans le secteur public. Fixée pour une période allant de 6 à 12 mois, la mission porte sur plusieurs domaines d’actions tels que la solidarité, l’environnement, le sport, le soutient scolaire… Durant cette période, le stagiaire perçoit une rémunération d’environ 60 000 F CFP.


5. Le projet sylviculture : dans le cadre du plan pour la sylviculture, un partenariat a été réalisé avec le GSMA pour la formation des jeunes : garde forestier, la santé des rivières… L’avantage c’est que le cout de l’opération sera supporté par l’Etat. Ce projet devrait débuter au mois de Juillet.

6. Le plan autiste : un dispositif est en cours d’élaboration visant à leur offrir des lieux de traitement. Des contacts ave le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie ont été pris à ce sujet.

7. Halte au décrochage : Dispositif en direction des jeunes de moins de 16 ans qui s’apprêtent à arrêter l’école afin de les dissuader. Le principe serait, en gros « d’aller chercher les élèves absents des cours » ou de « repérer ceux qui présentent les signes d’une envie d’arrêter les cours » en leur proposant une autre filière ou formation. Déjà mis en place aux collèges de Rivière-salée et de Porte de Fer, ce dispositif devrait être étendu à tous les collèges. Sur le plan de la communication, une personnalité calédonienne (artiste) devrait relayer le message à la télé par le slogan suivant : « Lâches pas l’école ».

8. Le pôle jeunesse :
Future structure qui regroupera l’ensemble des services destinés à la jeunesse : MIG, centre d’information et d’orientations, bourses, cybercafé…