jeudi 11 août 2011

Les indépendantistes au retour du Comité des Signataires du 8 juillet 2011 tenu à Paris...


Le mardi 26 juillet 2011 (15h00), l'Entente FLNKS tenait une conférence de presse pour évoquer le 9e Comité des Signataires qui s'est déroulé à Paris le 8 juillet 2011.

Le 9éme Comité des Signataires de cette année revêt pour nous une importance particulière dans la mesure où la NC se rapproche des échéances de sortie et nous nous félicitons que les délégations indépendantistes aient défendu d’une même voix les dossiers concernant notre pays. Nous nous félicitons aussi que l’ensemble des formations politiques représentées au Congrès aient été conviées à ce Comité des Signataires.

Notre délégation était composée de :
- Signataires et responsables institutionnels du FLNKS et du Parti Travailliste : Charles Pidjot, signataire et président de l’UC, Roch WAMYTAN signataire
Gilbert Tuynenon, vice président de l’UC et vice président du Gouvernement,
Néko Hnepeune, Président de la Province des Îles, Louis Kotra Uregei, élu du Congrès et président du Parti Travailliste, Sylvain Pabouty, militant Palika Sud de la Dynamik Unitaire et chef du groupe FLNKS à la Province Sud, Guy Pascal, Président de l’UPM, Yvon Faua, Secrétaire Général du RDO et représentant du RDO au BP FLNKS,
Jacques Lalié, président de l’UCR et élu au Congrès, Georges Mandaoué, membre du Parti Travailliste et ministre du gouvernement, Antony Lecren, membre de l’UC et ministre du gouvernement,
- Représentant des instances coutumières : Pascal Sihazé, président du Sénat Coutumier. Rappelons que le Sénat est la troisième institution consacrée par l’Accord de Nouméa après le gouvernement et le Congrès.

- Se sont joints à notre délégation en fin de séjour, les représentants des syndicats de policiers KANAK dont la présence était symbolique au regard de l’urgence à former des citoyens du pays pour assumer les compétences régaliennes.


Ce que notre délégation retiendra en termes de bilan :

- La mise en place concrète des 3 comités de pilotages avec un rapport d’étape concernant le Comité Stratégique Industriel, s’agissant de l’avenir institutionnel et du bilan de l’Accord de Nouméa, la désignation du cabinet d’experts chargé de leur mise en œuvre auprès des responsables politiques du Pays. Il faut rappeler que la mise en place de ces structures est rendue possible à la demande du Conseil Politique.
- La citoyenneté évoquée par le 1er Ministre renvoie aux politiques locaux la responsabilité de rechercher les moyens de la mettre en œuvre concrètement.
- Le Drapeau Kanak flottera au coté du drapeau de la République sur tous les édifices publics, le Chef de l’Etat et le 1er Ministre l’ont confirmé, pour nous le débat sur cette question est clos.

- Les graphismes sur les billets de banque, le dispositif présenté par l’IEOM a été approuvé, nous noterons au passage que ce dispositif coûte 40% moins cher contrairement à ce qui avait été annoncé ici au Pays par les techniciens de cet Institut.
- S’agissant de l’enseignement, il y aura un service unique à l’intérieur duquel s’exerceront les compétences de l’Etat et celles du Pays. La nomination du Vice-recteur et du secrétaire général du Vice-rectorat sera prononcée par décret présidentiel après avis du gouvernement calédonien, nous avons d’ailleurs des candidats citoyens à proposer.
- La sécurité civile.

Au-delà de cette satisfaction qui est loin d’être euphorique, nous regrettons que l’ordre du jour du Comité des signataires ait été transmis 2 jours avant la réunion, le manque de préparation en amont, les réponses évasives de MEDETOM sur plusieurs dossiers techniques, le manque de transparence sur la réalité financière liée aux transferts, le retard de versement des précédents contrats de développement sur lequel l’Etat répond qu’il prendra des dispositions mais sans une véritable garantie, le contrôle du flux migratoire qui n’a pas été traité alors qu’il s’agit pour nous d’une question éminemment politique.

S’agissant du suivi et des perspectives :
- La mise en place de tableaux de bord pour le suivi :
o des modalités juridiques et techniques des transferts ;
o Les dépenses liées à la sauvegarde d’un service public de qualité ;
o Les dotations de compensation de l’Etat
o La gestion des ressources humaines au travers du lancement de formation de 5000 cadres citoyens entre 2012 et 2018 dans les secteurs publics et privés.
- La tenue de mini comité des Signataires tous les 3 mois.

Pour conclure, le Conseil Politique est né de la liste Entente FLNKS au gouvernement ; une liste initiée et soutenue par l’UC, les militants Palika de la démarche unitaire, l’UPM, le RDO et le Parti Travailliste. L’alliance dans le monde Kanak et Océanien se rapporte à des choses sacrées, respectueuses et unitaires.
Ancré dans ces valeurs, le Conseil Politique a la volonté d’avancer sur des dossiers fondamentaux de manière cohérente afin de faire accéder le Pays à l’Indépendance Kanak Socialiste Nos perspectives se situent à deux niveaux :

1/ Le bilan de l’Accord de Nouméa entre 1998 et 2010 avec des réajustements à mettre en œuvre ;
2/ Le schéma stratégique et industriel qui devra mettre en œuvre une meilleure répartition de la valeur ajoutée tirée de l’exploitation du Nickel.

Ce sont des chantiers importants qui vont mener peu à peu le Pays vers plus de souveraineté, toutes les énergies doivent se conjuguer pour porter ces chantiers, indépendantistes et non-indépendantistes doivent tirer dans le même sens et laisser de côté nos aigreurs d’estomac, l’Etat doit plus que jamais accompagner le mouvement. Malheureusement, les derniers recours de certains de nos collègues et les décisions du Conseil d’Etat ne reflètent aucunement une réelle volonté à stabiliser les institutions qui restent encore à ce jour fragilisées par les démissions successives que l’on a connues.