lundi 12 septembre 2011

Sur le communqiué final issu du 42e sommet du Forum des Îles du Pacifique par Flash Océanie

Pacifique-Forum-sommet-communiqué-final: 42ème sommet du Forum : le communiqué final

AUCKLAND, jeudi 8 septembre 2011 (Flash d’Océanie) – À l’issue d’une brève retraite dans un petit hôtel balnéaire situé à Cable Bay, sur une île au large d’Auckland, Waiheke, les dirigeants des pays membres du Forum des Îles du Pacifique (FIP) ont publié, en fin de journée, le communiqué final de cette édition 2011 du sommet, qui marquait aussi le quarantième anniversaire d’existence de cette organisation régionale considérée comme la voix politique de l’Océanie.

Quatorze des seize États membres étaient représentés par leur chef de gouvernement.
Comme c’est le cas depuis 2009, Fidji était absent de ce sommet, pour cause de suspension prononcée à son encontre pour non retour rapide à la démocratie.
Le Premier ministre de Vanuatu, Sato Kilman, figurait aussi parmi les absents et s’était fait représenter par un « envoyé spécial ».

Parmi les décisions attendues de cette réunion 2011 et en réponse à des débats intervenus dès mardi en séance plénière, les dirigeants océaniens ont notamment réaffirmé la conviction selon laquelle les clés du développement durable pour l’Océanie résidaient le plus probablement dans les secteurs du tourisme, de l’agriculture et des pêcheries.

En écho au thème de cette année, « transformer les potentiels en prospérité », les dirigeants ont aussi réaffirmé l’importance de l’éducation, de l’énergie et des infrastructures afin de réaliser les potentiels des pays de cette région.
Concernant les pêcheries, le communiqué final insiste aussi sur les « effets dévastateurs » de la pêche illicite et non signalée dans la région et appelle à l’aide de toute organisation régionale ou pays partenaires pour renforcer une police efficiente des pêches dans cette vaste région.

Changements climatiques : « la plus grande menace »
En matière de changements climatiques, les chefs d’États et de gouvernements ont estimé une nouvelle fois que ce phénomène « demeure la plus grande menace aux modes de vie, à la sécurité et au bien-être des peuples du Pacifique ».
Ils ont aussi « salué la visite historique dans le Pacifique du Secrétaire Général de l’ONU, Ban Ki-moon, pour venir se rendre compte de visu du degré de vulnérabilité des peuples du Pacifique confrontés aux impacts adverses des changements climatiques et de la montée du niveau des océans, comme c’est par exemple le cas de Kiribati ».
Ils ont aussi « applaudi l’allocution du Président de la Commission Européenne José Manuel Barroso et le soutien qu’il a exprimé en faveur d’efforts régionaux et d’une action internationale forte pour s’attaquer aux impacts des changements climatiques ».
Ils ont aussi évoqué le besoin urgent de mise à disposition de fonds d’adaptation pour permettre aux îles les plus directement concernées de s’adapter, voire de déplacer les populations les plus menacées.

Crise sanitaire sur les maladies non transmissibles
En matière sanitaire, la question saillante soulevée cette année en forme de cri d’alarme a été celle des maladies non transmissibles, autrement dit liées aux styles de vie, pour lesquels les pays océaniens considèrent désormais qu’il existe une situation de « crise » au niveau régional.
Motif : selon les statistiques disponibles, 75 pour cent des décès chez les adultes de toute la région sont dus à cette cause.

Concernant Fidji, la suspension mise en place début mai 2009 n’a pas été levée et le FIP invite toujours cet archipel à revenir à une démocratie parlementaire et, avant cela, à engager un dialogue politique « sincère et sans exclusive » entre tous les partis, « sans conditions préalables ni préjugés sur le résultat ».
Seule concession : concernant les cycles de pourparlers qui se poursuivent au niveau régional en vue parvenir à des accords de libre-échange, Fidji est désormais à nouveau autorisé à participer en envoyant des responsables gouvernementaux.
Les appels, dans la région, s’étaient multipliés ces derniers mois, insistant sur le fait que toute négociation commerciale excluant Fidji n’avait aucun sens.

Welcome au Pacifique américain
Au plan des nouveaux arrivants au sein de la famille du Forum, comme prévu, les trois territoires américains de Guam, des Marianne du Nord et des Samoa américaines sont désormais admis en tant qu’observateurs dans un premier temps. Ce geste, selon les dirigeants océaniens, intervient en « reconnaissance du rôle vital et important joué par les États-Unis et ses territoires dans le Pacifique ».
Un autre observateur a été admis : il s’agit du groupe des 78 pays ACP (Afrique, Caraïbe, Pacifique), au sein duquel les 16 États membres du Forum constituent déjà le « P », dans le cadre de relations privilégiées avec l’Union Européenne.

Polynésie française : voyez avec Paris
Sur la question de la Polynésie française, dont le Président actuel, l’indépendantiste Oscar Temaru, avait demandé le soutien du FIP pour une réinscription de cette collectivité sur la liste de l’ONU des pays à décoloniser, le FIP, qui n’avait pas caché son point de vue ces deux derniers jours, a bien confirmé que sur le principe, et ceci depuis 2004, il « soutien le principe du droit de la Polynésie française à l’autodétermination », mais ne va plus loin que pour « réitérer ses encouragements envers la Polynésie française et la France afin qu’elles recherchent une approche consensuelle sur les moyens de réaliser le droit de la Polynésie française à l’autodétermination ».

Rendez-vous aux îles Cook
Aucun paragraphe ne vient faire écho à la demande de la Nouvelle-Calédonie pour une augmentation de son statut de « membre associé » vers un statut de membre plein.
Le poste de Secrétaire Général du FIP, occupé depuis trois ans par le Samoan Tuiloma Neroni Slade, fortement contesté par les pays Mélanésiens (et en tête Fidji), a néanmoins été reconduit pour une nouvelle période de trois ans.
La prochaine édition du sommet annuel du FIP aura lieu aux îles Cook, à une date non encore fixée.

pad

le texte intégral (en Anglais) du communiqué final à l’adresse suivante :
http://www.forumsec.org//pages.cfm/newsroom/press-statements/2011/forum-communique-42nd-pif-auckland-new-zealand.html