mardi 7 décembre 2010

Intervention du porte parole du FLNKS, Victor TUTUGORO, au Congrès des 4 et 5 décembre 2010

"Camarades, bonjour à tous,
Le FLNKS a 26 ans cette année, rappelez-vous de sa création le 24 septembre 1984 à l'Océanic ou encore de la première levée du drapeau le 1er décembre de la même année à la tribu de Conception.
Sur l'échelle de la vie d'un pays, 26 ans c'est une période très courte mais elle est intense puisque de profonds changements dans le pays auront été impulsés par le FLNKS. De la crise au dialogue restauré, le projet d'émancipation politique sociale et culturelle et d'inspiration progressiste, porté par le FLNKS s'est imposé, et il demeure aujourd'hui à enrichir, à le consolider, à le moderniser face aux nouveaux défis de la mondialisation et du monde moderne.
Le contrat social
La décolonisation ouverte par l'Accord de Nouméa a pour fondement la citoyenneté, lien entre les calédoniens pour s'identifier à une même communauté à l'échelle d'un même pays, de se retrouver sur ce qui rassemble. La bataille de la citoyenneté se gagne par l'intégration sociale par l'emploi, le logement, la formation...

Le rééquilibrage
Parce que les déséquilibres spatiaux, sociaux et économiques persistent, malgré une croissance économique dopée par les chantiers industriels; déséquilibres spatiaux parce que 75% de la population vit dans le sud dont près de 65% sur le grand Nouméa; déséquilibres sociaux parce les 2/3 de la population jeunes de 14/27 ans n'ont pas de diplôme et habitent au nord et aux îles;
déséquilibres économiques parce qu'un ménage habitant en province sud a des revenus en moyenne 1,9 fois supérieur à un ménage de la province nord et 2,3 fois supérieur à celui d'un ménage de la province des îles. 1 ménage sur 5 environ au nord et aux îles ne sont pas raccordés à l'électricité.

La problématique du financement du développement qui garantisse l'avenir des finances publiques donnant ainsi au pays les moyens de ses interventions reste un chantier à relever.

Je voudrai rappeler ici la demande d'audit faite par le FLNKS à la tribune de l'ONU l'an dernier pour une analyse des politiques publiques appliquées et leurs réels apports en faveur d'une émancipation politique.

Le fonctionnement du FLNKS
Nous sommes donc réunis aujourd'hui à l'occasion de ce 29ème congrès du FLNKS pour examiner le bilan du fonctionnement de notre mouvement dans la perspective des décisions et motions décidées au 28ème congrès de Rivière Salée, décisions pour faire évoluer la situation qui vient d'être décrite dans l'objectif d'émancipation politique, sociale et culturelle.
Le BP, conformément à la motion de politique générale du congrès de Rivière Salée, aura continué à jouer son rôle de coordination durant cette année pour une cohésion qui n'aura pas toujours été au rendez-vous. Il aura ainsi continuer a marquer la présence du FLNKS, tant sur les dossiers et enjeux de société ici même dans le pays, mais aussi sur la scène régionale et la scène internationale.

Sur le plan régional
Ainsi en mars, le Bureau Politique s'est rendu dans les locaux du secrétariat du GFLM (Groupe Fer de Lance Mélanésien) à son siège à Port Vila pour une visite historique, avant de s'y rendre à nouveau en avril pour une réunion de travail sur la pêche dans le cadre des travaux du secrétariat.
Le sommet du GFLM a été repoussé par 2 fois cette année compte tenu des divergences persistantes à propos du régime politique en vigueur à Fidji; le sommet est convoqué à nouveau pour la mi-décembre dans la capitale des Iles Salomon.
A noter par ailleurs en mi-mai la réunion du séminaire régional de décolonisation de l'Onu dont les travaux sur le statut international ont été les bienvenus au regard de nos réflexions sur la sortie de l'Accord.

Il faut mentionner également l'accueil exeptionnel réservé au 4ème Festival des Arts de la Mélanésie, dont l'organisation de ce Festival relève d'une décision du GFLM.
Sur le plan international
Une délégation du Bureau Politique a pétitionné en juin devant le comité des 24 appelé aussi comité de décolonisation pendant que se tenait le comité des signataires à Paris.
En octobre, une représentante du BP a pétitionné à l'onu devant la 4ème commission, commission chargée de préparer les rapports à l'AG annuelle.
Les perspectives
L'Accord de Nouméa va continuer à constituer notre cadre jusqu'au terme prévu, les compétences déjà transférées doivent mobiliser notre attention pour leur donner toute leur pleine efficacité au service du développement du pays dans toutes ses dimensions.
Le bilan de l'Accord, à ce stade, vient préparer le transferts des compétences régaliennes et ainsi à l'accession du pays à un statut international.
La péréparation de la sortie doit également nous mobiliser, mobiliser nos énergies.
Nous sommes interpellés sur les missions du FLNKS, sur ce que nous devons faire ensemble. Je rappele que le débat de Ouroué ou de L'Embouchure portait justement sur la mise en oeuvre de l'accord, sur son suivi et sur les relations extérieures.
Nous devons dire également au sortir de ce congrès comment porte t-on ces décisions; le congrès de Rivière Salée a pris une décision en la matière par un certain nombre de propositions.
De plus, le congrès de Rivière Salée a déjà appelé à réactualiser le projet de société et le projet de constitution pour offrir des perspectives d'avenir dans la construction du destin commun.
Pour atteindre cette entreprise, nous avons besoin de cohésion, nous avons besoin d'échanger parce que c'est dans l'échange que l'on nourrit la cohésion.
Merci"

A l'issue de ce Congrès, Victor Tutugoro, le porte parole n'a pas été reconduit de sa fonction. Pendant un an, la fonction sera tournante tous les trois mois.