lundi 6 décembre 2010

Motion générale du 2e Congrès du Parti Travailliste

A son 2éme Congrès de Gossanah/Iaai les 17, 18, 19, 20 novembre 201O, le Parti Travailliste :
- rappelle que le pays kanak reste encore sous domination coloniale française, - que la revendication d’indépendance du Pays Kanak, comme tout pays colonisé, est un droit inné et actif ;
- déclare aux 8 aires coutumières du Pays Kanak son objectif : ‘’Kanaky 2014’’, dans l’élaboration de sa stratégie politique :

A- au niveau interne
Le Parti Travailliste se donne comme objectif de proposer dans tout le pays, son projet de société

B- au niveau des partenaires
Le Parti Travailliste proposera aux partenaires indépendantistes, progressistes, et autres forces vives de la société civile, un projet commun pour gagner 2014.

C– au niveau des relations internationales
Le Parti Travailliste réactive et consolide ses réseaux de soutien au niveau international

Motion sur l’inscription sur la liste électorale spéciale

Constatant la non-inscription de nombreux Kanak, notamment des jeunes, sur la liste électorale spéciale appelée à se prononcer lors des élections provinciales, ainsi que lors des consultations de l’après 2014,
Constatant également que pour la Commune de Nouméa, il a été constaté une inscription abusive d’électeurs sur la liste spéciale : on évoque le nombre de plus de 14.000 personnes nées hors de Kanaky,
Constatant enfin que, malgré les dispositions de l’Accord de Nouméa, qui précisent l’inscription automatique sur la liste générale et sur la liste spéciale s’ils étaient nés en NC, des jeunes ayant atteint 18 ans dans l’année, et ayant répondu aux journées d’appel à la défense (JAPD), les autorités publiques compétentes n’assument pas de manière objective leurs fonctions…
Le Parti Travailliste, réuni à son 2éme Congrès à Gossanah/Iaai, les 17, 18, 19, 20 novembre 2010 :
- décide de s’engager au côté des camarades indépendantistes, dans le travail d’inscription sur les listes électorales, annexe et spéciale, de la population kanak ;
- décide d’interpeller les communes pour la mise à disposition des agents communaux dans le cadre de ce travail.