mardi 21 décembre 2010

Intervention du groupe FLNKS sur le budget primitif 2011 de la Province Sud

L'assemblée de la Province Sud a voté son budget primitif 2011 le mardi 21 décembre 2010; un budget qui se monte à 55 milliards de F. Madoÿ a pu obtenir la déclaration d'explication de vote du groupe FLNKS. Cette déclaration a porté sur le vote abstentionniste du groupe nationaliste.
(photo Madoÿ: 2e bâtiment de la Province Sud en construction; sera opérationnel en 2012)

Monsieur le Président, chers collègues,

Le budget qui nous est présenté est le résultat d’une gestion politique par une même famille, la droite, qui nous amène aujourd’hui, dans l’urgence, et comme un aveu d’une absence de vision politique, à opérer des choix que le FLNKS ne peut accepter : ceux de ne pas répondre d’une manière ferme à des engagements envers nos concitoyens, impliquant des conséquences économiques et humaines.

On veut nous obliger à bouger les clés de répartition qui ont été fixées dans un objectif bien précis et qui n’est pas atteint aujourd’hui : celui d’un développement équilibré de la Nouvelle Calédonie, notamment celui des provinces.

Bien sûr que cette clé n’est pas fixé dans le marbre, mais tout le monde aura compris qu’il faut bien une majorité qualifiée pour pouvoir réformer ce mode de répartition, ce qui impose qu’en amont, un consensus soit trouvé autour de la question du rééquilibrage.

Dans ce cadre, le FLNKS a fait des propositions notamment celle de faire en sorte qu’une réflexion soit menée sur la base d’éléments objectifs tel que le schéma d’aménagement et de développement de la Nouvelle Calédonie 2025, qui nous permettra d’évaluer vraiment le développement équilibré de la Nouvelle-Calédonie et de ses provinces.

Concrètement pour revenir à notre budget, nous pensons que ce n’est pas un excès d’optimisme que de prendre des risques mesurés, en concertation avec nos partenaires politiques.
« Rigueur » et « Effort » pourraient très bien résumés en deux mots ce budget.

Notre groupe aurait souhaité rajouter celui de « Concertation », qui aurait pu peut être, changer la donne : « Concertation » entre les différentes composantes politiques, « Concertation » entre les différentes institutions qui composent notre pays, afin de pouvoir poursuivre dans la direction dans laquelle vous vous êtes fixés, à savoir la satisfaction des besoins exprimés par nos concitoyens, en d’autres termes, la satisfaction de l’intérêt provincial. L’alternative de la procédure des autorisations d’engagement, qui a été permise depuis cette année, aurait pu d’avantages être utilisée. C’est ce qui a été préconisée, à titre d’illustration, pour le domaine de la culture.

Au final, je dirai que la crise qui a secoué notre trésorerie et provoqué parfois des débats vifs dans cet hémicycle, nous aura permis d’assainir nos finances, de recentrer notre collectivité à ses missions essentielles et d’ouvrir les discussions sur l’origine structurelle de nos difficultés financières.

Cela dit, cette situation ne doit pas, pour autant, démotiver les politiques que nous sommes et provoquer la prise de mesures drastiques.

Ainsi, malgré les efforts consentis pour tendre vers une gestion efficiente de notre province, notre groupe s’abstiendra lors du vote de ce budget primitif 2011.